Le sanctuaire marial de la Reine de la paix et la réconciliation de Mont Sion Gikungu a eu l’honneur d’accueillir un effectif imposant de pèlerins venus de tous les diocèses du Burundi. La première personnalité de marque était le Nonce Apostolique au Burundi et son Secrétaire, tous les Évêques, les Vicaires Généraux, excepté celui de Rutana dont la nomination par le Saint Siege se fait encore attendre. A côté de ceux-là, il y avait plus de deux cents prêtres et plusieurs dizaines de religieuses issues de différentes communautés. Ils étaient tous venus célébrer la clôture de l’année jubilaire de 400 ans d’apostolat des Œuvres Pontificales Missionnaires (OPM), et l’ouverture de l’année jubilaire de 125 ans d’évangélisation du Burundi. Les cérémonies étaient si grandioses qu’il a fallu une préparation minutieuse de plusieurs groupes de personnes afin de s’assurer de la bonne marche de tout ce qui était nécessaire pour la journée. Le gouvernement du Burundi a lui aussi compris l’importance des cérémonies et s’est fait représenter par le Premier Ministre à la messe de ce jour.

La messe tant attendue a commencé à 10 heures du matin, présidée par le Président de la Conférence des Evêques Catholiques du Burundi, Son Excellence Monseigneur Adolphe NTAHONDEREYE, actuel Évêque de Muyinga. Seulement, l’Archevêque de Bujumbura a tenu à accueillir tous les pèlerins dans un discours bref au début de la messe. Dans cette allocution, l’Archevêque de Bujumbura n’a pas manqué à féliciter les Burundais pour avoir accueilli les premiers missionnaires et leur ont prêté une oreille attentive. Maintenant, l’Eglise se réjouit pour ces 125 ans que le Burundi vient de passer en vivant sous la lumière de la Parole de Dieu telle qu’annoncée par Jésus Christ.

Trois chorales étaient en lice pour animer la messe en chants liturgiques. Il s’agissait de la Chorale Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, Chorale Saint Famille, toutes deux de Mont Sion Gikungu et une troisième chorale des jeunes de la Paroisse Nyakabiga. Les lectures du jour étaient respectivement tirées du Livre d’Isaïe (49, 1-6), l’Épître de saint Paul aux Romans (10, 9-18) et l’Evangile selon saint Mathieu (28, 16-20).

Homélie

Dans sa prédication homilétique, Monseigneur NTAHONDEREYE a souhaité à son tour la bienvenue à tous les pèlerins, à commencer par le Premier Ministre de la République du Burundi et les autres personnalités, tous protocoles observés. Il s’est ensuite réjoui que les Burundais viennent de passer 125 ans guidés par la lumière de la Parole de Dieu. Ils ont bien compris la Parole de l’Evangile lue en ce même jour qui nous envoie évangéliser toutes les créatures jusqu’aux extrémités de la terre. La mission d’évangéliser le monde nous a été donnée par Jésus après sa résurrection. Ceci veut dire qu’il est vivant en nous et dans notre vie. « Avant qu’il ait dit cette Parole à ses disciples, ils étaient cachés de peur des Juifs, mais ils l’ont gardée. Nous, nous avons entendu la même Parole dans la paix et la liberté de mouvement, c’est dans cette même liberté, nous célébrons 400 ans de l’apostolat des OPM », a précisé Mgr NTAHONDEREYE. Aller jusqu’aux confins du monde signifie évangéliser jusqu’au moment où tous ceux qui sont contre la volonté divine ou qui ne la connaissent pas encore soient convaincus et retournent dans la bonne voie.

Comme nous l’avons encore entendu, c’est Jésus qui envoie en mission, et les envoyés c’est nous. Ce qui a été la suite de cet envoi en mission c’est bien de personnes qui se sont données corps et âme pour la cause de l’évangélisation. Parmi ces personnes, il y a Pauline Jaricot. Elle avait compris que le Pape part de la même Parole pour continuer l’œuvre que Jésus avait donnée à Saint Paul. Le Cardinal Lavigerie a évangélisé l’Afrique, et il y est parvenu par la puissance du Saint Esprit. C’était au moment où l’Europe s’attelait à coloniser et piller l’Afrique. Il a tenu à rappeler ses envoyés en ces mots : « Vous n’êtes pas des explorateurs ni des voyageurs ordinaires, vous êtes des apôtres, et vous n’êtes que cela. Au cas du contraire, si vous vous comportez en explorateurs ou en voyageurs, vous vous perdrez sûrement ». Il n’a jamais cessé de leur rappeler qu’ils doivent être unis à Jésus par la prière.

Les paroles de Jésus ont été prononcées à ses disciples qui se reconnaissaient pécheurs, mais des pécheurs pardonnés. Ils avaient certes reçu leur mission, mais s’ils venaient à tomber, ils étaient appelés à demander pardon. La Parole de Dieu venue avec l’évangélisation est restée en nous et elle se doit d’y rester pour que nous nous sentions davantage comme des frères et sœurs devant notre seul Sauveur et Seigneur Jésus Christ. Prenons donc notre temps de nous asseoir devant notre Seigneur pour l’écouter avant de lui parler. Ainsi, nos foyers seront animés par une prière afin que nous devenions des missionnaires de paix.

Signalons que cette messe a duré deux heures et demie de temps dans une ambiance combien festive d’une union de cœurs.

Méthode NYANDWI