La célébration eucharistique de ce sixième dimanche du temps pascal a été présidée par le Père Japhet SIMBIZI. Les pèlerins étaient venus nombreux notamment les parents des choristes de la chorale Pueri Cantores sainte Maria Goretti venus les soutenir au moment de la célébration de leur deuxième anniversaire d’apostolat. Signalons que cette chorale est constituée d’une centaine d’enfants et a une messe particulière qu’elle anime en chants liturgiques chaque deuxième samedi du mois à partir de 16 heures 30 minutes.

Après avoir accueilli et salué tous les fidèles présents à l’Eucharistie, le célébrant principal est revenu sur la biographie de sainte Pauline Jaricot béatifiée près de Lyon devant plusieurs milliers de chrétiens ce dimanche même. Elle est née à Lyon, en France, le 22 juillet 1799 et décédée le 09 janvier 1862 et est la fondatrice de l’œuvre catholique de la Propagation de la foi devenue aujourd’hui Œuvres pontificales missionnaires. Il a aussi ajouté qu’à la fin de la messe, il y aura baptême de 4 enfants.

Pour rappel, les saintes Écritures ont été tirées du livre des Actes des Apôtres (Ac 15, 1-2.22-29), de l’apocalypse de saint Jean (Ap 21, 10-14.22-23) et enfin l’Évangile de Jésus Christ saint Jean (Jn 14, 23-29).

Dans son homélie, Le Père SIMBIZI est parti de l’Évangile du cinquième dimanche de Pâques axé sur l’amour du prochain. « Aimez-vous les uns les autres », exige Jésus Christ à ses disciples avant son Ascension. Jésus leur ordonne de mettre en pratique ce nouveau commandement, lequel commandement doit être le fondement de leur vie chrétienne. Il s’en va loin d’eux et comme toute séparation est douloureuse parfois mélangée au désespoir, il les réconforte et les promet qu’il reviendra les prendre. Il s’est donné aux autres en acceptant de mourir pour eux, il les leur demande de l’imiter aussi, signe d’un grand amour. Aujourd’hui, Jésus, en s’adressant à ses disciples, il est en train de leur dire qu’ils vont remarquer des changements. Ils ne vont plus le voir comme ils étaient habitués mais les invite à observer ses paroles, à les faire les leurs. De plus, celui qui m’aime gardera ma parole et Dieu l’aimera. Moi et mon Père, nous viendrons donc établir notre demeure en lui. Il a par après énumérer les différentes identités des chrétiens présents. Pour certains, poursuit le Père SIMBIZI, leur identité, c’est père de famille, mère au foyer, et d’autre, enfants, voisins, amis. Il n’a pas oublié de leur montrer leurs différentes responsabilités qu’ils doivent tous assumer. Partant de ces identités qu’ils tirent tous de Dieu, il leur a demandé pourquoi ils se permettent de donner aux autres des identités du genre c’est mon ennemi, c’est un voleur, c’est ivrogne, …. et les a invités à vivre fraternellement sans distinction ni discrimination, bien sûr aidé par le Saint Esprit qui nous prévient sans cesse. Nous ne vivons pas sur terre éternellement, à un moment ou un autre, nous la quittons pour aller au Ciel. Pour mériter le ciel, nous devons mettre en pratique notre identité chrétienne à l’exemple des saints notamment Pauline Jaricot qui est en train d’être béatifiée aujourd’hui à Lyon. Elle a tout abandonné au profit de Dieu, elle a évangélisé les autres même des inconnus.

Pour terminer, le célébrant a donné l’exemple d’un arbre. Un arbre est composé de trois parties essentielles : les feuilles, les branches et la racine. Il a comparé les feuilles qui quittent facilement l’arbre soit parce qu’elles sèchent ou au moindre vent aux personnes qui n’hésitent pas à mettre fin à leur amitié aux moindres soupçons. Quant aux branches qui résistent souvent et qu’il faut un vent très fort pour qu’elles lâchent l’arbre, il les a comparés à des amis qui résistent malgré les temps difficiles comme les maladies incurables et autres mais finit par céder. Les racines, elles, c’est pour toujours soit c’est l’arbre ou rien du tout. Il a exhorté les fidèles à se focaliser beaucoup plus sur des amis qui se comportent comme les racines sans pour autant haïr les deux premiers parce que Dieu nous invite à nous aimer. Mais cela n’est pas suffisant, prenez vous aussi le temps de faire une introspection pour voir à quel niveau vous vous situez dans vos différentes relations avec les autres et miser beaucoup sur le troisième cas, a-t-il conclu.