La messe de 6 heures de ce cinquième dimanche du temps ordinaire au Sanctuaire marial de Schoenstatt de Mont sion Gikungu a été célébrée par le Père Léonce NTAKIRUTIMANA. Ce dimanche dédié aux consacrés a coïncidé avec la célébration du 16è anniversaire d’apostolat de la Chorale Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face (C.S.T.E.J), laquelle chorale a animé ladite messe en chants liturgiques. Le célébrant, dans son mot introductif adressé aux fidèles présents sans oublier ceux qui ont suivi cette messe via les réseaux sociaux notamment facebook, n’a pas oublié de les féliciter.

Les Lectures du jour ont été tirées du livre d’Isaïe (Is 6, 1-2a.3-8), de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens (1Co 15, 1-11) et enfin de l‘Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 5, 1-11).

Le célébrant a articulé son homélie en deux points. Premièrement, il fait la comparaison entre les trois personnages notamment le prophète Isaïe, saint Paul et l’apôtre Pierre. Deuxièmement, le Père NTAKARUTIMANA s’est penché sur Jésus Christ.

Revenons d’abord aux trois personnages, le Père a fait remarquer ce qu’ils ont en commun et quelle leçon on peut en tirer. Le prophète Isaïe le Seigneur lui a apparu dans une vision. Quant à saint Paul, c’est en route vers Damas que le Seigneur le saisit. L’apôtre Pierre, lui, c’est après une nuit de pêche infructueuse que le Seigneur se manifeste. Donc, tous les trois ont été visités par le Seigneur. Comme leçon, le célébrant a montré à l’assemblée de Dieu que le Seigneur les aime personnellement et veut toujours les rencontrer, chacun dans les réalités de sa vie.

Chers frères et sœurs en Christ, la première preuve qui montre que Dieu s’est manifesté à nous, c’est la reconnaissance de notre indignité et de notre misère. C’est comme dans l’Eucharistie au moment de l’élévation, le prêtre dit : « voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde » et nous de répondre : « Seigneur, je ne suis pas digne de Te recevoir, dis seulement une parole ….» a signifié Père NTAKIRUTIMANA.

Ceci pour dire que rien ne peut freiner le plan de Dieu pour nous. D’aucuns pensent que c’est à cause de leurs péchés que le Seigneur les a punis, que c’est les conséquences de tel ou tel autre acte. Soyez rassurés tout ça n’a aucun rapport parce que Dieu est différent des hommes, l’essentiel devant Lui est d’être conscient de nos égarements, de prendre une décision ferme d’abandonner ses mauvaises habitudes pour qu’Il nous comble de sa grâce, a-t-il poursuivi.

Se tournant vers l’Évangile du jour, la pêche miraculeuse, le Père Léonce y voit un détail non moins important. C’est l’intervention du Seigneur après l’échec cuisant de Pierre et ses compagnons. Pour eux, passer toute une nuit sans capturer aucun poisson, rien ne leur reste que de rentrer bredouille. De même nous aussi, il y a des choses qui arrivent, quand nous traversons des moments difficiles, la perte d’un membre cher, le chômage sans fin, et face à tout ça nous perdons espoir et pensons que Dieu nous a abandonnés. Une chose est sûre, Jésus est toujours à l’œuvre. Même jusqu’à présent, Il est en train de travailler. Il s’occupe de nous jusque dans les moindres détails. Il n’est jamais tard pour Lui, l’exemple typique est cet Évangile de la pêche miraculeuse et c’est cela même la bonne Nouvelle de ce dimanche.

On peut donc se demander ce que le Seigneur nous demande aujourd’hui, s’interroge le célébrant, Le Seigneur nous demande de lui faire confiance en tout temps et d’obéir à sa Parole de la même manière que Simon Pierre. Lui et ses coéquipiers ont passé tout une nuit à pêcher en vain mais qu’il a entendu de la bouche du Seigneur « Avance au large pour prendre du poisson » il n’a pas hésité une seconde. Les pêcheurs le savent mieux que moi, c’est la nuit que les pêcheurs espèrent capturer beaucoup de poissons que le jour. La parole de Jésus a opéré des miracles, a conclu le Père NTAKIRUTIMANA.

Signalons qu’à la fin de la messe, les membres de la Chorale sainte Thérèse ont fait une procession vers le Sanctuaire où ils ont offert une fleur à la Vierge Marie en guise de reconnaissance de son intercession pour les 16 ans d’apostolat.