Le Dimanche de la Miséricorde Divine, ce 11 avril 2021, a été célébré avec pompe au Sanctuaire Marial de Schoenstatt de Mont Sion Gikungu, au résonnement du tambour royal et au rythme des danses, car c’était non seulement le dimanche de la Miséricorde Divine, mais aussi l’ordination des deux Prêtres et un Diacre de l’ordre des Peres de Schoenstatt. A part l’Archevêque de Bujumbura, Monseigneur Gervais BANSHIMIYUBUSA qui allait ordonner les ordinandits, entouré de nombreux prêtres, étaient présents de nombreux dignitaires du pays et une multitude de Chrétiens remplis de joie venus rendre grâce à Dieu pour ce don très louable.  La messe animée conjointement par les Chorales Sainte Famille et Saint Philipe Neri a débuté à 10h00 par une procession avec au-devant la Thuriféraire et la croix.  Puis venaient les jeunes danseuses et les danseurs Intore, la Chorale Sainte Famille, les servants de messe, les Fratri, le Frater Japhet Simbizi, les Prêtres, les Diacres Christian et Emmanuel, le Diacre du jour et enfin Monseigneur l’Archevêque. En ce qui est de la liturgie de la Parole, la première lecture était tirée des Actes 4, 32-35 ; Psaume 117, 2-4. 16ab et 17-18. 22-24 ; la deuxième lecture de 1 Jean 5, 1-6 et enfin l’Evangile selon Saint Jean 20, 19-30.

Dans son mot d’accueil, le Père Herménégilde COYITUNGIYE, Recteur du Sanctuaire, a chaleureusement souhaité Joyeuse Pâques et un Bon Dimanche de la Miséricorde Divine à l’Archevêque, aux parents des ordinandits dont les uns sont venus de loin (bravant les restrictions de voyage suite à la pandémie), aux invités ainsi qu’aux fidèles Pèlerins du sanctuaire. Remerciant le Tout-puissant pour ce jour, il a alors fait savoir que c’était une très grande joie pour lui en ce jour de la Miséricorde Divine de les accueillir, mais aussi pour le don des deux prêtres et un Diacre que le sanctuaire allait recevoir. Il a aussi fait savoir que c’était une joie immense pour les Peres de Schoenstatt de Mont Sion Gikungu mais aussi pour l’Eglise universelle à laquelle ils appartiennent.

L’Archevêque a remercié le Recteur pour son chaleureux accueil, et a félicité la famille des Peres de Schoenstatt qui allait recevoir un don de nouveaux prêtres et Diacre.  Il a rassuré les ordinandits qu’on priait pour eux au Dieu Tout Puissant pour que les rituels qu’il allait accomplir avec ses mains soient réalisés dans leur vie. Il a aussi souhaité un bon jour de la Miséricorde Divine à tous les membres de la famille Jésus Miséricordieux.  Il a rappelé que tout le monde est appelé à être apôtre de la paix et de la Miséricorde Divine pour les pauvres, les malades, les victimes d’injustice, les prisonniers, les réfugiés puisque Jésus les a aussi sauvés sur la croix.

Homélie

Dans son homélie axée principalement sur la Paix et la Miséricorde divine, l’Archevêque, Monseigneur Gervais BANSHIMIYUBUSA, a d’abord rappelé qu’on était toujours dans la joie pascale, période très cruciale dans notre foi Chrétienne. Je vous souhaite tous les bienfaits de Pâques, a-t-il poursuivi.  Il a exprimé sa grande joie d’être au Mont Sion Gikungu pour l’ordination des deux prêtres et du Diacre.  Les ordinandits Diacres Christian et Emmanuel et Frater Japhet vont entrer dans la catégorie de ceux qui annoncent Jésus mort et ressuscité, a-t-il laissé entendre. Les ordinandits enseigneront avec sérénité aux familles des croyants en Jésus Mort et Ressuscité tous les mystères de la croix.  Ils rompront le pain et enseigneront le mystère de l’Eucharistie. Ils prêcheront aux chrétiens l’Evangile de la miséricorde de Dieu : en l’annonçant, en l’enseignant et en la vivant par l’observation de tous les commandements de Dieu, a annoncé l’Archevêque.

S’adressant aux ordinandits, Monseigneur BANSHIMIYUBUSA a indiqué que l’Evangile du jour nous montre où se base la vraie foi et comment aider les autres à l’avoir. Jésus n’apprécie pas Thomas, non pas parce qu’il n’a pas cru mais parce qu’il a refusé de croire la parole de ses frères disciples.  Jésus nous commande de croire sans avoir vu. C’est cela la vraie foi que vous devez avoir pour avoir la force d’accomplir votre ministère. Thomas a juste cru en Jésus comme un homme mort et ressuscité. Mais Jésus veut que nous croyions en Lui, en nous basant sur son enseignement, sur la Parole de Dieu et sur les sacrements. Thomas a refusé de croire ce que ses 10 Confrères l’ont dit, alors qu’eux avaient cru.  La vraie foi ne se base pas sur des miracles ou des évidences. Même ceux qui ont vécu au temps de la résurrection de Jésus n’ont rien de plus que nous les Croyants d’aujourd’hui, puisque le corps d’un ressuscité n’est plus sujet au temps et à l’espace de ce monde. C’est un corps sanctifié.  C’est pourquoi en même temps on entend Jésus à Jérusalem, à Galilée et ailleurs.  Et ceux à qui Jésus s’est montré après sa résurrection ne Le reconnaissaient pas directement, Il devait se révéler Lui-même. C’est pourquoi aussi, après quelques jours seulement Thomas pouvait mettre ses doigts dans les empreintes des clous et de la lance sans faire mal à Jésus car son corps est sanctifié. C’est ce même corps avec lequel nous ressusciterons le dernier jour, a fait savoir l’Archevêque.

« Donner la paix » c’est l’héritage que Jésus a laissé à ses Disciples. L’Évangile nous montre que cette paix n’est pas n’importe laquelle. Toute la paix ne va pas avec le Saint-Esprit.  Souvenez-vous en alors toujours, et aidez les autres à aimer la Miséricorde de Dieu. Cette paix aide les gens à abandonner le mal. Ce n’est pas la paix qu’on obtient par notre intelligence. C’est plutôt par abandonner le mal et nous pardonner les uns les autres mutuellement, a encore fait savoir l’Archevêque.

Toujours se bornant sur la Paix et la Miséricorde Divine, Monseigneur BANSHIMIYUBUSA a révélé que le vrai chemin qui mène à Dieu dans notre vie de famille et de communautés chrétiennes, c’est de croire en la Miséricorde de Dieu et nous pardonner les uns les autres. C’est lui qui ne pardonne pas, ne peut pas avoir la paix mais plutôt s’enferme dans un enfer.  Il a alors appelé tout un chacun à faire une introspection sans regarder les autres ; et il ne manquera pas là où il pourra corriger, et enfin pouvoir demander pardon. Il a aussi signalé qu’après avoir cru en la Miséricorde Divine et donné le pardon, il ne restera qu’à renforcer cette paix par la Parole de Dieu.

Il a terminé son homélie par des mots inspirés de la Parole du Christ envoyant ses disciples en mission « Comme mon Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie : allez aider les gens à avoir la paix véritable et la Miséricorde Divine. Allez enseigner le vrai chemin menant dans la paix.  Si vous faites cela, vous serez de bons disciples. C’est cela notre prière et recommandation. Nous vous recommandons à la Vierge Marie, soyez de bons disciples et soyez dynamiques dans cet apostolat, Amen ! ».

Après l’homélie de son Excellence l’Archevêque Gervais BANSHIMIYUBUSA, a suivi l’ordination. Signalons que c’est à 11heures 40 minutes que Frater Japhet Simbizi est devenu Diacre avec comme devise d’ordination, « « C’est moi le Seigneur, je t’ai appelé selon la justice, je t’ai tenu par la main, je t’ai mis en réserve et je t’ai destiné à être l’alliance du peuple, à être la lumière des nations. » (Isaïe 42 :6) », et à 11heures 51 minutes que Diacres Christian et Emmanuel sont devenus Prêtres avec comme devises sacerdotales respectivement, « « Je suis honoré aux yeux de l’Eternel, et mon Dieu est ma force. » (Is 49 :5) » et « « Heureux les miséricordieux car ils obtiendront miséricorde. » (Mt 5 :7) ». Le temps de l’offertoire a été une occasion pour certains Chrétiens de manifester leur joie en faisant des offrandes en nature : des vivres et fruits cultivés au Burundi ainsi que des animaux (chèvres).

Avant la bénédiction par l’Archevêque, c’était une occasion de manifester la joie pour les nouveaux prêtres et le nouveau Diacre. Père Emmanuel Kahavu, parlant au nom de ses frères, a souligné le fait que c’est Dieu Lui-même, par sa bonté, qui choisit ses serviteurs, « Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et institués pour que vous alliez, que vous portiez du fruit et que votre fruit demeure…, », Jn15, 16.  Dans un petit mot axé sur remerciement et exhortation, il a alors remercié Jésus pour les avoir créés et conviés à son sacerdoce malgré leur état des pécheurs. Il a remercié son Excellence l’Archevêque de Bujumbura pour avoir accepté leur ordination mais aussi de les avoir ordonnés. Il n’a pas oublié de remercier leurs parents qui n’ont ménagé aucun effort pour les élever et éduquer et pour ne pas avoir été un obstacle à leur vocation.  Il a également exprimé leur gratitude aux familles spirituelles notamment les pères de Schoenstatt pour les avoir accueillis, formés et accompagnés spirituellement. Il a alors remercié tous les enseignants dès l’école primaire, secondaire et grand séminaire au Burundi et au Nigeria sans oublier les chrétiens de Mont Sion Gikungu qui ont beaucoup prié pour eux. Comme exhortation, le Père Emmanuel a demandé à tous les chrétiens de prier beaucoup pour eux afin qu’ils restent fidèles à leur sacrement.

La messe s’est terminée par une procession au Sanctuaire de la Paix et de la Réconciliation où les deux nouveaux Prêtres et le nouveau Diacre ont exprimé leurs remerciements à la Vierge Marie, Mère Trois fois Admirable pour tous les biens reçus d’elle et se sont consacrés à elle avant la bénédiction solennelle Par l’Archevêque.

Les cérémonies ont continué par une réception préparée à l’occasion, agrémentée par des danses Burundaises et Congolaises, des chansons et le tambour royal mais aussi ponctuée par des speeches pour la plupart de remerciement.  Le Père Jean Bernard MAZURU LWANGO, Père Supérieur dans la région des Grands Lacs, a prononcé le mot d’accueil pour les invités venus de tous les coins dont la RDC et le Rwanda et les a remerciés, particulièrement l’Archevêque et les parents des nouveaux prêtres et Diacre, de s’être joint à la  famille des Pères de Schoenstatt dans la joie d’ordination.

C’est lui qui parlé au nom des parents a exprimé leur joie de voir leurs enfants ordonnés prêtres et Diacre, et a encouragé les parents qui ont des enfants dans des séminaires de continuer à prier pour eux et qu’un jour ils arriveront à destination. L’autre qui a exprimé sa joie est le P. Charles OZIOKO (Recteur du Scolasticat des Pères de Schoenstatt au Nigeria) venu du Nigeria et qui a participé à la formation des ordonnés pendant leurs études théologiques au Nigeria. Il a dit que c’était une joie immense d’être là et un grand privilège de faire partie de la vie de quelqu’un.

L’allocution principale a été prononcée par l’Archevêque qui a vivement remercié la famille des Pères de Schoenstatt de l’avoir invité à temps. L’Archevêque a souligné et soutenu le souhait soulevé par le président du comité d’organisation, Madame Euphrasie BIGIRIMANA, d’avoir toujours un prêtre pour les pèlerins en quête de sacrements au Sanctuaire. L’Archevêque a aussi apprécié le mot dit par celui qui a parlé au nom des parents encourageant les autres parents qui ont des enfants dans les séminaires, car l’Eglise a encore besoin beaucoup de prêtres et Diacres.

Les cérémonies se sont clôturées dans la soirée par l’octroi des différents cadeaux aux nouveaux prêtres et au nouveau Diacre par leurs proches et amis.