L’an deux mille vingt et un, le dix-huitième du mois de mars, au Mont Sion Gikungu, la famille de Schoenstatt, animée de la chaleur de joie et d’amour, a célébré une messe de Renouvellement de l’Alliance d’Amour, Alliance conclue avec la Mère Trois fois Admirable de Schoenstatt, présidée par le Vice-Recteur du Sanctuaire Marial « Reine de la Paix et de la Réconciliation », Père Floribert KANEZA, en compagnie du Père Longin NTIRANYIBAGIRA, Père Hermenegilde COYITUNGIYE et  du Père Marcien NDAYIZEYE. Cette messe a eu lieu dans la grande église de Mont Sion Gikungu dédiée à la Sainte Trinité.

Dans son homélie, le Père Floribert KANEZA a rappelé les fidèles présents dans la messe qu’ils sont rassemblés pour rendre gloire à Dieu Tout Puissant et Eternel pour tous les bienfaits, découlant de l’intercession de la Vierge Marie, qu’Il leur a fait durant tout le mois précédemment écoulé, a-t-il dit. Aussi, dit-il, nous sommes venus pour célébrer et renouveler l’Alliance d’Amour conclu avec notre Mère, l’Alliance qui nous est un outil indispensable pour témoigner son fils Jésus Christ, notre Sauveur. En poursuivant son homélie, le Père s’est beaucoup centré sur l’évangile du jour (Jn5, 31-47). Dans ce passage biblique, les Juifs voulaient mettre Jésus en preuve, en lui demandant de manifester pratiquement par signes matériels, témoignant vraiment qu’il est Messie, Fils de Dieu Vivant. Le célébrant de la messe a fait savoir qu’à cette demande, Jésus a donné quatre caractéristiques qui l’attestent. Premièrement, Saint Jean Baptiste : celui-ci était la lumière éclairant le monde, un apôtre vraiment envoyé de Dieu, attestant le Christ qu’il est le Fils de Dieu à travers même son baptême, ce qui se manifeste dans le passage : « voici l’agneau de Dieu ». Deuxièmement, les actes de Jésus : dans les Saintes Ecritures, il nous est révélés qu’il guérissait des malades ; ouvrait les yeux des aveugles ; faisait revivre les morts ; etc. Troisièmement, Dieu notre Père qui Lui-même nous demande d’écouter son Fils bien aimée (le Père qui m’a envoyé,
lui, m’a rendu témoignage
) et quatrièmement, les Saintes Ecritures qui ont été inspirées par le Saint Esprit. Après avoir donné les quatre faits attestant que Jésus est le Fils de Dieu, le Père Floribert KANEZA a montré les motifs ayant poussé les Juifs à ne pas croire en Jésus comme Fils de Dieu. D’abord, il y a l’oubli des bienfaits de Dieu dans la vie quotidienne. Ainsi les israélites ont oublié Dieu qui leur a fait sortir de l’Egypte jusqu’à la terre promise et ont procédé à prier les idoles. Ensuite, les juifs recherchaient l’autoglorification au lieu de promouvoir la glorification du Seigneur. Nous sommes appelés à emboîter le pas à Jésus qui faisait tout pour la gloire de son Père afin d’hériter le royaume des cieux. Puis, la mauvaise traduction et interprétation des Saintes Ecritures pour atteindre des intérêts personnels. Souvent, suite aux avantages propres à un individu ou à une catégorie d’individus, la même parole de Dieu s’explique différemment, en préférant qu’elle soit orientée par les visées de notre vie au lieu que cette parole éclaire toutes les orientations qu’on se fixe dans la vie quotidienne.

En somme, le Père Floribert KANEZA a interpellé tous les fidèles à reconnaître les bienfaits de Dieu manifestant son Amour pour les proclamer à leurs prochains, à faire tout pour la plus grande gloire de Dieu, à laisser la volonté de Dieu s’accomplir dans leur vie, à bien garder les instructions de l’Eglise, à se laisser éduquer par la Vierge Marie pour qu’elle leur protège contre toutes les persécutions, afin que, dans la sauvegarde de l’Alliance d’Amour, ils puissent être la lumière du monde, vrais et justes dans la Foi en la Providence Divine et dans la consolidation fraternelle. Signalons qu’après l’homélie, ils ont procédé à offrir les contributions au capital de grâce et la messe a continué avec ses rites habituels.

HAKIZIMANA Sédecky