Ce dimanche le 14 mars 2021 fut le quatrième dimanche du temps de Carême également appelé dimanche joyeux. “C’est un dimanche de la joie car Dieu nous aime d’un amour profond qui nous éloigne sans cesse de tout mal”. Telles furent les premières paroles d’ouverture de la célébration eucharistique prononcée par l’Abbé Aristide NDAYIKENGURUKIYE qui a présidé cette messe.

Pour bien étayer son enseignement lors de l’homélie, l’Abbé NDAYIKENGURUKIYE est revenu sur les lectures du jour, à commencer par la première lecture. Comme Moïse a pendu le serpent dans le désertꓹ ainsi sera pendu le Fils de l’homme pour s’approcher et s’approprier tout le monde afin que quiconque croit en Lui ait la vie éternelle. L’être humain, dans son penchant vers le mal et le péché, s’est toujours éloigné de Dieu, mais Celui-ci, à travers Son Fils Jésus le Christ, n’a cessé de le chercher pour le libérer de son mal et de ses péchés. C’est d’ailleurs ce que nous dit sans cesse le même Evangile quand il affirme que Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils Unique pour nous.

En recherchant activement l’homme ꓹ Dieu veut nous ramener dans son Alliance qu’Il a conclue avec nous depuis les temps anciens à travers son serviteur Abraham. “Il va sans dire que nous devrions toujours nous souvenir queꓹ malgré le péchéꓹ nous avons été rachetés par le sang de Jésus qui nous a sauvés. Pour ceꓹ nous sommes des enfants dans la maison de notre Père céleste”ꓹ a martelé l’Abbé NDAYIKENGURUKIYE.

En acceptant sa passion et sa mort sur la croix, Jésus s’est fait notre source de notre joieꓹ de liberté et de vie. Le pardon que Dieu nous accorde en Jésus nous montre qu’Il veut que nous soyons toujours prêts de Lui dans son amour. Il s’approche de nous malgré notre condition pécheresse. Cela traduit la préoccupation de Dieu envers son peuple qu’il aime d’un amour si profond” a insisté l’Abbé Aristide. A partir de cet amour incommensurable de Dieuꓹ gardons confiance en Lui et quand il nous arrive de commettre des péchésꓹ approchons-nous de la croix de Jésus car c’est Lui le serpent élevé pour notre pardon et notre salut, a conclu le prédicateur du jour. Que ce dimanche nous aide à être joyeux car nous sommes des enfants rachetés par le Christ Jésus, le Fils du Dieu vivant.

Nous tenons à préciser que les lectures du jour ont été respectivement tirées du Premier Livre des Chroniques (36, 14-16), de l’Epitre de saint Paul Apôtre aux Ephésiens (2, 4-10) et l’Evangile selon saint Jean (12, 14-21).