La célébration eucharistique de ce Dimanche  10/ 1/ 2021 a été officiée par Abbé Zéphirin Ntukamazina, de la Paroisse Gasenyi Diocèse Ngozi, actuellement en apostolat au Grand Séminaire de Bujumbura. Abbé Zéphirin a fait savoir que nous sommes dans la joie de célébrer le Baptême du Seigneur, quand Il entra dans le Jourdain et  le ciel se déchira, ce qui montre qu’Il a été baptisé dans la Sainte Trinité. Il a aussi annoncé qu’après les jours des fêtes qui se célèbrent pendant le temps de Noël, ce jour du Baptême de Jésus Christ met fin aux jours de Noel. La première lecture  était tirée d’Isaïe 55, 1-11; le Psaume : Is 12, 2-3.4bcd.5-6 ; la deuxième lecture était tirée de la deuxième épitre de Saint Jean 5, 1-9 et la lecture de l’Evangile était tirée dans l’évangile selon Saint Marc 1, 7-11.

Homélie :

Dans son homélie, Abbé Zéphirin Ntukamazina  a commencé par dire que c’était un grand jour puisque beaucoup d’entre nous ici avons été baptisés, avons été des parrains de baptême et nous avons même appelé les autres à recevoir le baptême. Le Baptême nous a faits des frères  d’abord avec le Christ et entre nous-mêmes. Souvent nous célébrons nos anniversaires de mariage, de naissance et autres comme de grands jours mémorables,  mais nous devrions commémorer nos de jours d’anniversaires de nos baptêmes aussi. Le Baptême nous a faits des enfants de Dieu,  nous sommes des cohéritiers avec le Christ.   Dans l’évangile  selon  Saint Marc  nous voyons Jésus Christ qui s’aligne parmi les pécheurs pour recevoir le baptême.  Et par cela  nous comprenons  alors  l’identité de celui qui nous a sauvés.    Il a adopté la nature pécheresse de l’homme pour bien nous sauver.

Méditons alors sur notre Baptême en méditant le Baptême de Jésus. Nous avons promis de suivre et de servir Jésus à jamais.   C’est une très bonne occasion de  faire l’introspection  donc en nous basant sur la Parole de Dieu d’aujourd’hui.  Dans la première lecture, Dieu  nous demande de ne pas gaspiller notre argent dans des choses inutiles : «Pourquoi dépenser votre argent pour ce qui ne nourrit pas, vous fatiguer pour ce qui ne rassasie pas ? Écoutez-moi bien, et vous mangerez de bonnes choses, vous vous régalerez de viandes savoureuses!» (Isaïe 55, 2).  Nous devons nous tourner vers le Seigneur tant qu’Il est encore trouvable. Le Baptême nous appelle avant tout à la conversion. Dans le rite baptismal, ce n’est pas l’eau seulement qui est utilisée, il y a aussi la bougie allumée qui nous invite à toujours marcher dans la lumière de Jésus. Il  y a aussi le manteau blanc qui symbolise la sainteté que nous sommes appelés à garder jusqu’à la fin des temps.

Par notre baptême nous avons été accueillis dans une grande famille que l’Eglise. Ainsi, nous devons être dans la communion avec nos frères et sœurs dans le Christ Jésus. C’est pourquoi Saint Jean  nous appelle à l’amour fraternel et à la  foi indéfectible en Dieu en ces termes : «Quiconque croit que Jésus est le Christ, est né de Dieu, et quiconque aime celui qui l’a engendré aime aussi celui qui est né de lui.» Le Baptême nous a faits des enfants de Dieu et de l’Eglise Catholique.  Nous devons toujours comprendre que notre foi commune est plus importante que  toute autre différence.

Abbé Zéphirin Ntukamazina, a clôturé son homélie en conseillant encore une fois les Chrétiens de se rappeler chaque fois que dans le Baptême  nous formons une seule famille de Dieu, et personne ne doit se s’écarter et être indifférent (e) à la vie de l’Eglise, et que nous devons toujours transcender nos différences.  « Que le Seigneur continue à nous protéger et que la Vierge Marie intercède toujours pour nous auprès de son Divin Fils, Amen ».

Fulgence NDAYIZEYE