Le dimanche 3 Janvier 2021 a coïncidé avec la solennité de l’Epiphanie du Seigneur, une fête qui d’habitude, rassemble tous les jeunes enfants et adolescents de toutes les paroisses du vicariat de la mairie de Bujumbura au Sanctuaire de la Reine de la Paix et la réconciliation de Mont Sion Gikungu. Ces enfants sont venus accompagner par l’Abbé Antoine SABUSHATSE chargé de l’apostolat des Œuvres Pontificales Missionnaires (OPM) au sein de l’Archidiocèse. Ils ont l’habitude de porter des habits qui les distinguent les uns des autres selon leur paroisse d’origine. Comme ils viennent toujours ensemble vers ce lieu de pèlerinage, trouvant le protocole du Sanctuaire prêt à les accueillir dans une place qui leur est réservée dans l’église,  ils en sont toujours très fiers. La particularité de ce dimanche a été que ces pèlerins ont été honorés par la présence de Son Excellence Monseigneur l’Archevêque de Bujumbura, Gervais BANSHIMIYUBUSA,  au milieu d’eux pour diriger la célébration eucharistique de cette solennité.

Au début de la saint Messe, le Père Recteur du Sanctuaire a, dans une brève allocution, exprimé sa joie d’accueillir un tel effectif de pèlerins, en majorité  des enfants venus de toutes les paroisses du vicariat de la mairie qui se comptent actuellement à dix-neuf. Celles-ci son nommément la paroisse hôte de Gihosha, et les paroisses de Kamange, Tenga, Kinama, Ngagara, Buterere, Maramvya, Gatumba, Aumônerie militaire, Aumônerie de la police nationale, Cathédrale Régina Mundi, Saint Michel, Buyenzi, Nyakabiga, Esprit de Sagesse, Kinindo, Musaga, Kanyosha et Ruziba.  Il a ensuite  souhaité la bienvenue à tout un chacun tout en leur souhaitant de passer d’agréable moment dans les enceintes du Sanctuaire dans un calme et une tranquillité de méditation et de prière. L’apostolat de l’enfance missionnaire aide ces enfants à grandir dans la lignée de l’éducation morale et chrétienne, et ainsi ils se présentent comme une lampe qui éclaire d’autres enfants à l’école, dans les quartiers et partout ailleurs.

Son Excellence Monseigneur quant à lui leur a souhaité les meilleurs vœux du nouvel an 2021. Il a également rappelé que nous portons dans nos prières tous les enfants qui n’ont pas eu l’occasion de venir avec les autres pour multiples raisons. Il a également tenu à préciser que comme les nations ont connu la naissance de Jésus grâce à l’étoile qui a éclairé les rois Mages, nous avons aussi besoin de bien d’autres étoiles qui annoncent sa naissance au peuples du monde actuel. Son Excellence l’Archevêque a ensuite précisé que l’Epiphanie signifie Noël des nations car c’est à l’Epiphanie que toutes les nations étrangères ont pris connaissance de la naissance du Messie Sauveur. Il a de même rappelé l’origine de la célébration de la fête des enfants missionnaires au Burundi. Elle a commencé dans le diocèse de Bujumbura en 1975, et est introduite par Son Excellence Monseigneur Michel Ntuyahaga, évêque du diocèse de Bujumbura dans le temps. Lui-même a été inspiré par les enfants missionnaires d’Allemagne lors de sa visite dans ce pays.  Les enfants sont donc appelés à être amis de Jésus en invitants d’autres enfants à l’être aussi.

La chorale Sainte Maria Goretti de Mont Sion Gikungu, connue comme chorales des enfants a alterné avec celle des enfants de la paroisse Saint Sauveur de Nyakabiga dans l’animation de la sainte Messe par des chants liturgiques. Les lectures du jour ont été tirées du livre d’Isaïe (60, 1-6), de l’épitre de saint Paul apôtre au Ephésiens (3, 2-3a) et de l’Evangile selon saint Matthieu (2,1-12).

Au cours de sa prédication pendant l’homélie, Son Excellence Monseigneur BANSHIMIYUBUSA a remercié les enfants missionnaires pour avoir répondu présents à ce rendez-vous du Seigneur. Il a également remercié les parents de ces enfants qui ont pris le soin de préparer, d’envoyer et d’accompagner leurs enfants jusqu’à ce haut lieu où le Seigneur nous attend sans cesse. Ses  remerciements ont été ensuite adressés à l’Abbé SABUSHATSE qui tient toujours à préparer avec minutie cette belle rencontre des enfants missionnaires. En ce dimanche, nous fêtons ce Roi des rois né dans une crèche, mais que même des rois des royaumes lointains sont venus adorer. Le prophète Isaïe nous dit, dans ses Ecrits, que tous les rois viendront vers Bethléem, et saint Paul de dire qu’une étoile a brillé. Toute personne qui a vu la lumière du salut et décide d’y marcher est capable d’y appeler les autres en les aidant à y marcher aussi. Pour voir cette lumière, il nous faut aussi être des amis du Christ. Etant amis du Christ, nous pouvons avoir la grâce de voir ce que les autres n’ont pas vu, comme cela a été le cas pour l’apôtre Paul.

L’Archevêque a tenu à encourager les enfants missionnaires  parce que l’apostolat qu’ils font est bien apprécié en même temps par les parents, l’église et même par d’autres enfants qui ne sont pas encore membres de la famille. Nous voyons ces enfants toujours heureux quand ils accomplissent leur apostolat et de par leur témoignage, ils enseignent à tout le monde à être missionnaire de la joie aussi. De plus, nous devons garder à cœur qu’il est toujours bon de se présenter  devant Jésus avec des présents comme les rois mages l’ont fait. Donner des présents n’est pas un signe d’aisance, c’est plutôt un signe de reconnaissance qu’on adresse à celui qu’on respecte. Envers notre  prochain, nous avons la mission  de montrer la générosité. Dans leur apostolat, les enfants missionnaires sont appelés à trois choses principales. Ils sont d’abord appelés à se priver de quelques chose  à laquelle ils ont droit pour l’envoyer aux autres enfants sans rien. Ils doivent ensuite demander à  leurs parents de venir en aide aussi à ces enfants ci-hauts mentionnés. En fin, les enfants missionnaires ont la mission de passer dans des foyers et ménages pour prêcher la Bonne Nouvelle du salut et demander à ceux-ci d’envoyer ou acheminer leur aide en faveur des enfants démunis.

NYANDWI M.