Ce dimanche du Christ Roi de l’Univers  marque la  fin de l’année liturgique A et le début de l’année liturgique B dans une semaine, avec le premier dimanche de l’Avent. Le Sanctuaire de la Reine de la Paix et Réconciliation de Mont Sion Gikungu a la tradition de célébrer cette solennité avec un éclat extraordinaire. La célébration eucharistique de ce dimanche a été présidée par le Recteur du Sanctuaire, le Père Herménégilde COYITUNGIYE. Toutes les chorales en apostolat au Sanctuaire, excepté la Chorale Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus qui avait animé la Messe de 6h30, ont alternativement animé cette sainte Messe. La procession du début de la Messe a débuté à partir de la sacristie pour passer sous les cloches et devant le Sanctuaire avant de franchir l’entrée principale de l’imposante église de la Sainte Trinité. La particularité pour cette solennité était que les tambours étaient en tête de la procession.  Les textes du jour ont été tirés du Livre d’Ezéchiel 34, 11-12. 15-17; de la première épitre de saint Paul aux Corinthiens 15, 20-26.28 ; et l’Evangile selon saint Matthieu 25, 31-46.

Tout au début de son homélie, le Père COYITUNGIYE a fait savoir que cette solennité du Christ Roi a commencé à être célébrée dès l’an 1925 sous le Pontificat de Pie X. Ce dernier avait analysé et compris les malheurs dont souffraient les personnes de ces temps-là et il a constaté la nécessité de promouvoir un changement pour la liberté. L’une des causes qui freinait cette liberté était le fait que de plus en plus les gens mettaient de côté tout ce qui est de Dieu: commandements, prières, dévotions, etc. Les gens s’évertuaient seulement au respect des chefs dirigeants et des lois qu’ils avaient eux-mêmes institués. Suite à cela, le Pape Pie X a vu la nécessité d’instaurer la fête du Christ Roi de l’univers pour inviter tout un chacun à suivre ce Roi de la paix qui se soucie de tous dans un amour inlassable.

Comparativement à ce que le Pape Pie X avait  constaté comme malheur du peuple des années 1925, nous pouvons nous aussi lire et comprendre les maux dont souffrent les personnes de notre temps. Le Covid-19 qui sévit dans le monde vient au premier plan: il a fait que tant de pays soient enfermés et les citoyens se retrouvent sans aucun droit de mouvement. Ce qui est étrange c’est que certains bloquent les fidèles à accéder aux églises alors que d’autres types de rencontres et de rassemblements sont permis. Ainsi, nous nous demandons pourquoi les gens du monde ne veulent plus vivre sous la protection de Dieu. C’est très urgent que les fidèles chrétiens reconnaissent la présence et l’autorité de Dieu ainsi que la Royauté de Jésus le Christ notre Sauveur. Ce dernier est un Roi qui a ses particularités selon les paroles du prophète Isaïe au chapitre 53, 2-3: il n’a pas d’éclat qui attirerait l’attention des gens, il est méprisable, abandonné et souffrant sans cesse. Le Nouveau Testament nous le montre aussi en train de laver les pieds de ses disciples et s’abaisser jusqu’à accepter le supplice de la mort sur la croix. De plus, il accepte de demeurer avec nous dans les sacrements. Le Christ se manifeste avec toutes ces caractéristiques  des personnes faibles, mais c’est bien lui le Roi des rois et Seigneurs des seigneurs. Ses paroles nous enseignent à faire en sorte que tout ce dont nous nous servons doit nous approcher de lui et de notre prochain, sinon nous aurons manqué à notre mission et perdu notre dignité des fils et filles dignes de lui. Quand nous aurons compris tout cela, nous pourrons aisément dire: Jésus Christ, Roi de tous, viens et règne entre nous et parmi nous. Amen.

Nyandwi M.