Pendant la célébration Eucharistique du 30ème dimanche du temps ordinaire, un événement sans précèdent s’est passé pour la famille de Schoenstatt de la paroisse Saint Jean Paul II de Buterere.  Mais de quoi s’agissait-il ? En quoi ce jour se démarquait-il des autres ?

En effet, dimanche 25 octobre 2020, la famille de Schoenstatt de ladite paroisse a célébré son 20ème anniversaire de sa fondation. A cet événement étaient présents : les pionniers du mouvement à cette paroisse, le coordinateur des MAC (mouvements d’action et des groupes catholiques), les représentants du mouvement dans les paroisses voisines (Kamenge et Kinama), le représentant de la branche masculine du vicariat Gihosha, ainsi que le Père Calliste UKWITEGETSE, célébrant principal du jour et aumônier des MAC de la paroisse Buterere.

En outre, lors de son homélie, le père Calliste UKWITEGETSE a fait savoir que la tâche quotidienne d’un chrétien, est de propager l’amour. C’est-à-dire, aimer Dieu de tout son cœur, de toutes ses forces et de toute son intelligence. Puis aimer l’autre comme soi-même. Par conséquent, peu importe le combat que nous livrons au quotidien, nous n’avons rien à craindre ; car nous sommes avec Dieu. Nous tous, nous sommes appelés à témoigner de l’amour. Raison pour laquelle nos amis schoenstattiens sont venus renouveler leur apostolat, à travers l’Alliance d’Amour, a-t-il dit. Les commandements donnés aux Israélites, sont une pédagogie toute faite non seulement d’amour envers Dieu mais aussi d’amour envers le prochain et du service à lui rendre. C’est pourquoi l’apôtre saint Paul nous présente les Thessaloniciens comme un exemple à suivre ; du faite que ces derniers ont mis de côté tout ce qui pouvait les séparer de Dieu, a-t-il insisté. Ils ont tenu débout et se sont dressés contre les œuvres de la haine et autres pratiques mauvaises afin que Dieu Un et Trine règne partout. Ainsi, prions les uns pour les autres pour la foi reçue, car nous sommes appelés à résister dans le combat quotidien.

 Et, juste après l’homélie c’était le début du rite de port de foulards ; pendant lequel quatre jeunes Schoenstattiens préparés ont reçu le foulard chacun, premier symbole de leur appartenance au Mouvement Apostolique de Schoenstatt. Après cet acte on ne pouvait que lire la joie sur les visages des fidèles présents en général et de ces jeunes en particulier. C’est pour quoi lors d’action de grâce, les schoenstattiens et les fidèles ont remercié Dieu pour toutes les merveilles qu’il ne cesse de réaliser dans leur vie. Pour rendre manifeste cette reconnaissance ils chantaient et dansaient en disant : ¨ UMVE BARAMUYAGA SINZOMUHEBA UMVE BARAMUYAGA¨ C’est ainsi que la messe a pris fin à 11h45, après la bénédiction finale.

 Etant donné que nous sommes dans une culture où la prise de parole a une place considérable, c’est tout à fait raisonnable qu’en un jour comme celui-là nous ayons entendu les mots de circonstances. C’est dans cette logique que le représentant du mouvement au sein de la paroisse Buterere a fait savoir qu’ils ont voulu célébrer cet anniversaire avec éclat en vue  d’exprimer leur sentiment de gratitude à l’égard du bon Dieu et de toute personne qui leur a prêté main forte durant tout ce temps. Ensuite, ils voulaient aussi profiter de cette occasion pour sensibiliser les membres et d’autres personnes souhaitant appartenir au mouvement apostolique de Schoenstatt. Son allocution s’est clôturée par une demande dans laquelle il supplie aux schoenstattiens de la paroisse Buterere de témoigner de l’amour de Dieu et de porter secours aux pauvres comme une bonne contribution dans le capital des grâces.

Aussi, l’ancien du mouvement de Schoenstatt à Buterere a dit que, le mouvement a commencé dans les moments difficiles, c’est-à-dire les moments de la guerre. En plus, le pionnier du mouvement était  un jeune garçon venant de Bujumbura rural où la situation était très compliquée.  Celui-ci, a tenté de s’échapper de sa localité mais Dieu avait prévu pour lui une  mission, celle de la fondation de Schoenstatt à Buterere. Ainsi, grâce à Dieu le mouvement s’est enraciné dans la paroisse. Le début était froid, car il n’y avait que cinq membres dont : un garçon et quatre filles. Tout a commencé dans les enceintes du Lycée Don Bosco qui est sous la direction de la congrégation des pères Salésiens. En terminant son discours,  il a prodigué un conseil aux jeunes en leur demandant de tenir débout contre vents et marrées et Dieu sera toujours de leur côté.

En fin, le coordinateur des MAC a remercié tous les Schoenstattiens pour l’anniversaire ; car selon lui, cet anniversaire est un signe parlant de fidélité à leurs engagements. C’est dans cette même perspective que le père Calliste UKWITEGETSE a exprimé ses vives félicitations aux pionniers, aux chefs, aux schoenstattiens en général et spécialement à ceux qui ont porté les foulards en leur disant : allez de l’avant et confiez-vous à Dieu et à la sollicitude maternelle de la Vierge Marie. Il a conclu son allocution en demandant aux jeunes de ne jamais cacher les dons et les talents reçus de la part du Bon Dieu, car ils sont un atout d’une grande valeur pour l’Eglise et pour eux. La fête a été clôturée dans la joie par la prière finale.

                                                                                                                                                           Triphon IRABIBONA