La célébration eucharistique du trente-deuxième dimanche du temps ordinaire a été présidée par le Père Floribert KANEZA, Vice-recteur du Sanctuaire de la Paix et la réconciliation. La chorale Sainte Maria Goretti 1 a animé la sainte Messe par des chants liturgiques. Tout au début de ladite célébration eucharistique, le Père Kaneza a rappelé à tout un chacun des fidèles à se tenir prêt à accueillir le Christ lors de sa venue glorieuse. Les lectures du jour ont été respectivement tirées du Livre de la Sagesse 6, 12-16; de l’Épître de saint Paul apôtre aux Thessaloniciens 4, 13-18 et l’Evangile selon saint Matthieu 25, 1-13.

Dans son homélie, le Père Kaneza a signifié que les lectures de la période qui avoisine la fin de l’année liturgique nous invitent à nous tenir prêts pour l’avènement du Christ lors de son retour triomphal. Ce qui est sûr c’est que Jésus reviendra emmener avec lui tous ceux qui seront prêts à partir avec lui dans le royaume des cieux comme il nous l’a promis. Ce n’est pas tout le monde qui partira avec lui, mais seulement ceux qui auront marché dans la justice tout en observant les commandements divins, c’est cela même que l’Evangile appelle “être prévoyants”. Au cas contraire, la Bible précise que nous devenons “insensés”. Pour être prévoyants, il est impératif que nous recherchions la sagesse tel que la première lecture nous a signifié. Ce livre de la sagesse a été écrit pour rappeler les Juifs ce que c’est la tranquillité spirituelle parce qu’ils avaient tendance à s’adonner aux études philosophiques et aux enseignements de nombreuses religions d’Alexandrie en mettant de côté la foi hébraïque qui était la leur. L’objectif principal de ce livre est de montrer aux gens que la sagesse ne s’obtient pas par la connaissance livresque, et ceux qui ont cette vision n’ont fait que suivre la voie qui n’aboutit pas. Il faut plutôt se mettre sous la volonté divine qui est le seul chemin vers la Sagesse.
En outre, dans son épître aux Thessaloniciens, saint Paul voulait en quelque sorte répondre à une inquiétude de certaines personnes qui commençaient à croire que le Christ reviendrait prendre avec lui seulement ceux qui seraient vivants lors de son retour. Il a très bien précisé toute personne qui se serait tenue prête pour son retour partirait avec lui, qu’elle soit vivante ou morte. Saint Paul est allé jusqu’à révéler que le morts précéderont les vivants à accueillir le Christ lors de son retour glorieux. L’Evangile quant à lui est un avertissement direct à toute personne : gardez vos lampes allumées dans votre attente de l’époux qui doit venir à n’importe quelle heure de la nuit. Dans la culture juive, les époux rentraient tard dans la nuit après les cérémonies de mariage. Pour ce faire, il fallait qu’il y ait des gens qui tenaient des lampes allumées afin de permettre aux mariés d’avoir un passage éclairé. Pour nous les croyants, nous comprenons bien ce passage: l’époux c’est le Christ, les vierges qui attendent l’époux sont toi et moi, et la fermeture de la porte sur les insensés c’est le jugement final. Ainsi, nous devons commencer à partir d’aujourd’hui à marcher dans la voie de la sagesse divine et dans la stricte observance des commandements divins, sinon le retour du Christ nous surprendra dans nos péchés et le jugement nous sera très dur. Que l’on ne se dise pas avoir moins de force ou grâces insuffisantes pour faire l’un ou l’autre apostolat mais pensons plutôt à ce qui est à notre disposition car la grâce de Dieu nous suffit toujours.

Nyandwi M.