Ce Vendredi soir le 23 Octobre 2020, les chrétiens de Mont Sion Gikungu ont célébré avec grande joie le 26ème anniversaire du Sanctuaire. Le Père Recteur Herménégilde Coyitungiye qui célébrait la messe, a d’abord souhaité un chaleureux bienvenu aux fidèles, « Soyez les bienvenus dans la Chapelle de la Vierge Marie, Notre Dame de la Paix et la Réconciliation ». Il a alors dit que malgré les apparences, c’était un très grand jour, puisque on célébrait les 26 ans de consécration de la Chapelle de la Paix et la Réconciliation. Il a annoncé qu’on est venu dire à Marie, « Grand Merci » pour avoir accepté de trôner dans le Sanctuaire.  Le sanctuaire est un lieu où on se repose, où on se réjouit surtout puisque l’on est confiant de l’intercession de la Vierge Marie. Il a fait savoir que même les saintes Ecritures du jour parlaient des lieux saints, pour que nous sachions que ladite chapelle nous indique où Dieu trône.

Homélie

Dans son homélie, le Père Recteur a déclaré que lorsque dans des chansons de louange on parle de « prier étant debout ou agenouillé », tout cela a une signification. « Agenouillé » signifie qu’on se rabaisse, et « debout » signifie qu’on est prêt à aller partout où Dieu nous envoie faire sa volonté.

Chantons alors à haute voix ce soir comme les Israelites le faisaient en montant à Jérusalem, puisque c’est vrai que cette chapelle est notre Temple où siège Dieu, la source de notre salut. Les portes du Sanctuaire sont tournées vers le ciel et nous guide vers Dieu, le Père. Dans les 26 ans de consécration du Sanctuaire, nous avons reçu beaucoup de biens issus des Mains de Marie. La Vierge Marie est venue au Mont Sion Gikungu et nous a donné le Christ. C’est pourquoi on reçoit beaucoup de biens de corps et d’esprit, puisque Jésus Christ qui nous aime comme la pupille de l’œil est là.

Des lieux pareils ressemblent à la place où Jacob s’est reposé sur une pierre, quand il était fatigué, et il a commencé à avoir une vision, mais c’était une vraie vision car c’est cela que Dieu nous fait dans nos pèlerinages.  Premièrement Dieu se révèle à lui, « Je suis ton Dieu, je t’ai accompagné ».  Et puis il s’est reposé. C’est cela qui arrive quand on fait un pèlerinage.  Les anges gardiens, les archanges, les Chérubins sont ici entrain de glorifier Dieu, eux qui le savent mieux, c’est pourquoi on se sent bien.  Aussi cette chapelle est comme une échelle qui lie la terre au Ciel. Chacun peut dire qu’il ne le savait pas, mais sachez qu’ici c’est un lieu qu’il faut respecter, où la Mère de Dieu, l’entrée du Ciel,  a choisi son trône et qui est depuis lors devenu un lieu où on reçoit les grâces. Le Père Kentenich nous dit que cette chapelle nous rappelle le plan de Dieu de sauver le monde. Alors la Vierge Marie devient Guide est Éducatrice de tous les hommes comme cela se réalise dans notre vie et beaucoup peuvent témoigner. C’est vrai nous avons vu Dieu ici, Marie nous emmène à Jésus, il faut lui rendre grâce.

Des gens se demandent pourquoi Mont Sion Gikungu n’est une paroisse aujourd’hui après 26 ans. Ce n’est pas une paroisse puisque c’est un lieu de pèlerinage où nous venons nous recueillir comme les Israelites le faisaient  à Jérusalem et comme d’ailleurs nous l’avons fait aujourd’hui.  Des lieux comme celui-ci sont là pour des gens comme Jacob ; nous sommes tous des pèlerins. Mais la paroisse est une famille qui appartient à une autre famille plus large, le diocèse  et puis à l’Église universelle.  On peut alors aller de famille en famille.  Mais ici, ou tout autre lieu semblable, tout le monde est chez lui, est comme cela les gens ont des lieux de repos. C’est pour cela que Mont Sion Gikungu a cette tradition. Même si des fois nous avons des problèmes pour pouvoir donner des sacrements avec satisfaction ; Dieu nous aidera, mais c’est un lieu de repos en premier lieu.  Des lieux comme celui-ci aident des chrétiens pèlerins venant de près ou de loin pour se reposer. Cela montre aussi notre fatigue physique et spirituelle, cette soif que nous avons tout le temps que nous ne sommes pas encore arrivés à notre Père.

Quand on voit des lieux saints, cela devrait nous envoyer à respecter l’homme. Comme Jacob se rend compte que c’est un lieu Saint est le vénère, combien cela est-il valable pour l’homme qui est le temple de Dieu, le temple de la Sainte Trinité. Ayons cette bonne habitude, sachons vénérer les lieux saints. Il faut invoquer les grâces de Dieu ce coir, et implorer la Vierge Marie pour qu’elle nous  bénisse afin que nous devenions à notre tour une bénédiction  pour les autres et non la malédiction.

Le Père Helménégilde a terminé son homélie en intercédant la Vierge Marie pour qu’elle règne dans notre pays et dans notre temps et que le rayonnement de son amour soit partout afin que tous les tracas socio-économiques se terminent et puissions chanter sa gloire.  Amen !

Fulgence Ndayizeye