La messe de 9h 30 minutes de ce vingt-huitième dimanche du Temps Ordinaire au Sanctuaire Marial de Schoenstatt pour la Paix et la Réconciliation au Mont Sion Gikungu a été présidée par le Vice-recteur, Père Floribert KANEZA. Il a introduit la messe en annonçant aux fideles qu’un festin de DIEU leur est préparé et qu’Ils sont ses invités de marque.

Les lectures de la messe ont été tirées du livre d’Isaïe (Is 25,6-10), de la lettre de Saint Paul apôtre aux Phillipiens (4,12-14.19-20) et de l’Evangile selon saint Matthieu (Mt 22, 1-14).

Dans son homélie, le Père KANEZA a commencé par établir le lien entre la première lecture et l’Evangile qui nous parlent tous du festin de Dieu et de noces préparés par le roi, lesquels sont considérés comme notre salut. Cette parabole, a poursuivi le célébrant, était dédiée au peuple d’Israël qui croyait que le salut était pour eux seuls. Ceci pour dire que Dieu n’a pas invité le peuple d’Israël seulement mais aussi toutes les nations afin de se réunir pour chanter les louanges et les merveilles du Seigneur.

L’Évangile nous parle du roi qui a préparé le festin pour les noces de son fils mais ses invités lui ont tourné le dos, ils ont refusé l’invitation ce qui a irrité le roi. Ce dernier envoyant ses serviteurs pour inviter toute personne qu’il rencontrera en chemin. Le célébrant a expliqué que dans les coutumes des Israélites celui qui vous invite dans un festin devrait vous donner des habits appropriés pour le festin. Donc pour accepter l’invitation, tu devrais d’abord accepter les habits du festin qu’il distribuait. Les invités du roi ont refusé et les habits et l’invitation. Le Seigneur nous invite tous à devenir ses serviteurs et les bergers de ses brebis.

Rien ne nous oblige d’accepter l’invitation de Dieu mais notre Seigneur veut que nous l’acceptions afin de vivre en harmonie avec Lui et avec son église pleine de ses invités, a expliqué le Père. C’est pourquoi tout chrétien doit accepter son invitation afin d’être son fidèle, recevoir les dons de Dieu et les fruits du Saint Esprit. S’agissant des habits de noces que Dieu veut que les chrétiens portent, le Père a cité : le regret des péchés, l’humilité, la foi, la sainteté, le pardon et l’amour. En acceptant donc les habits de noces de Dieu on accepte les cultures de l’église qui réunit toutes les personnes dans leur différence et fait de nous les invités d’honneur du Seigneur.

Vers la fin de son homélie, le Père Floribert a énuméré certaines choses qui font à ce que les fidèles aillent très loin des yeux du Seigneur. C’est notamment la haine et la rancune qui font couler autant de sang dans le monde, des frères et des sœurs qui s’entretuent et le manque du pardon qui font des chrétiens des prisonniers du péché. Heureusement que notre Dieu est miséricordieux et nous invite tous aux noces sans compter toutes les fois où nous l’avons mis à l’écart dans nos vies.

Que la Vierge Marie notre Dame du Rosaire nous aide à devenir des instruments du Seigneur afin de nous amener à la sainteté, a ainsi conclu.

Après la messe était prévu un concert dédié à la paix et à la réconciliation, nom que  porte le Sanctuaire. C’était un concert organisé par la coordination des chorales en collaboration avec la Fondation Maria Arafasha et l’Atelier École de la foi.

 Ingrid MUNEZERO