Nous sommes  le 20 septembre 2020, vingt-cinquième dimanche du Temps Ordinaire. La messe, qui a été animée par la chorale Sainte Famille, a été présidée par le père Longin NTIRANYIBAGIRA. L ‘église de la Sainte Trinite était pleine, les chrétiens ont répondu massivement à l’invitation du Seigneur.

Les saintes Ecritures ont été tirées, la première lecture, du livre d’Isaïe(Is 55, 6-9), la deuxième lecture, de la lettre de saint Paul apôtre aux phillipiens (Ph 1, 20c-24.27a) et l’Evangile selon saint Matthieu  (Mt 20, 1-16).

Le Père Longin NTIRANYIBAGIRA a commencé son homélie en définissant le mot « travail » qui est la force qu’une personne utilise pour donner la vie et que c’est aussi la sueur qu’une personne sue pour donner la vie ; il a conclu cette partie en indiquant que ce n’est pas seulement les mamans qui donnent la vie. Pour lui, toute personne qui travaille dans l’intérêt d’une autre personne est un travailleur. Que chacun de nous se pose cette question :  » Est-ce que mon travail donne la vie aux autres ? » a-t-il laissé entendre.

Il a entamé la deuxième partie de son homélie en citant trois caractéristiques auxquelles tout bon travailleur doit se référer: vouloir travailler, avoir le savoir nécessaire dans ce qu’il fait et le pouvoir de faire ce travail. Selon le Père, toute personne qui n’a pas une de ces caractéristiques est un escroc parce qu’il mange grâce aux efforts d’autres personnes. Le célébrant a donné ici quelques exemples des personnes qui travaillent pour les autres. C’est notamment les parents et les ancêtres grâce à eux nous avons aujourd’hui ce que nous avons. Le célébrant a invité les chrétiens à emboîter le pas des ancêtres  surtout en accomplissant ce qu’ils n’ont pas pu réaliser.

Le dernier point développé était la différence entre la justice des hommes et la justice de Dieu. La justice des hommes est symbolisée par la balance qui veut dire qu’une personne reçoit ce qu’il mérite tandis que la justice de Dieu est symbolisée par la croix qui veut dire que JESUS CHRIST continue à nous pardonner parce qu’il connait nos faiblesses. En concluant son homélie, le Père a émis un souhait d’imiter JESUS CHRIST en s’aimant les uns les autres.

Grace Divine