Comme à l’accoutumée, la messe de ce dimanche a débuté à 9h30. Le chant d’entrée pendant la procession vers l’église de la Sainte Trinité où a eu lieu la célébration eucharistique était de la chorale SANTA MARIA. Notons qu’à ce jour ladite chorale célébrait son seizième anniversaire d’apostolat au sanctuaire Marial de la Reine de la Paix et de la Réconciliation de Mont Sion GIKUNGU. C’est à cette même occasion qu’elle avait l’immense joie d’accueillir la Chorale Notre Dame de la Victoire, visiteuse venue de la paroisse Giheta, Archidiocèse de GITEGA. Le Père Herménégilde COYITUNGIYE, Recteur du Sanctuaire, qui a présidé cette messe a commencé par prononcer un mot d’accueil à l’endroit de ces visiteurs accompagnés de leurs prêtres.

Nous sommes dans une grande joie ici au sanctuaire d’avoir des visiteurs pour méditer ensemble la Parole de Dieu de ce dimanche, a ainsi débuté son homélie le Recteur. La Parole de Dieu de ce dimanche, a-t-il souligné, nous enseigne le pardon. Pour le célébrant, le pardon est l’acte de manifester l’amour profond que nous avons envers les autres.

Avant l’étude méditative des Saintes Ecritures de ce dimanche dont la première lecture a été extraite du livre de Ben Sira le sage (27.30-28.7), la seconde de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains (14.7-9) et l’Evangile selon Mt 18.21-35. Il a commencé par dire que cette parole le soulage en rendant hommage au chanteur rwandais Kizito MIHIGO tout en entonnant sa chanson intitulé « Le pardon ».

Pardonner ou abandonner une dette qu’autrui a pour nous, c’est une guerre quotidienne. Et Jésus dans l’Evangile nous enseigne que ça ne vaut pas la peine de calculer jusqu’à combien pour pardonner mais faut accueillir l’autre comme il est ce que chante Kizito.

Ici-bas on ne peut pas prétendre vivre avec des saints car nous sommes et grandissons dans une condition pécheresse, a-t-il indiqué le Père COYITUNGIYE. Une femme, un père de famille qui ne fait pas ce que désire toi son partenaire, la solution ne sera pas celle de le quitter au contraire sachez que vous devez mener une vie ensemble. Pour mieux pardonner, il est bon de prendre l’exemple de Dieu qui nous pardonne sans toutefois compter nos péchés. Chaque individu peut trébucher contre son prochain car dit-il, « moi aussi ça m’est arrivé en 2013, j’étais déjà prêtre ». Mais un jour devant le Tabernacle en priant j’ai entendu une voix me disant : « pourquoi tu es colérique! »  J’ai alors compris que je devrais pardonner pour être libre puisque le pardon nous libère. Le pardon nous aide à penser sur notre finalité et notre destin d’après la vie d’ici-bas comme nous l’a indiquée la première lecture tirée du livre de Ben Sira le sage. Pardonner, c’est aller au-delà de se venger contre le mal fait pour nous, a-t-il insisté. « Que la Sainte Vierge Marie Mère Miséricordieuse intercède pour nous afin que nous ayons cet élan transcendant de vivre le pardon », a-t-il conclu le Père.

Donnant terme à son Homélie, il a exhorté à ceux qui seraient venus ayant en eux l’esprit de ne pas pardonner ceux qui leur auraient offensé de ne pas approcher la sainte Cène pour communier au Corps et au Sang du Christ.

Dans la joie de célébrer son seizième anniversaire, la chorale Santa Maria a présenté son offrande de façon spéciale avec des objets matériels chacun avec sa signification :

  1. En premier lieu un jeune portant une bougie sur laquelle était marquée le chiffre 16 désignant les seize ans d’apostolat de la chorale.
  2. En deuxième position est venue une jeune fille portant une fleur symbolisant toutes les grâces et dons obtenus durant toutes ces années.
  3. En troisième lieu seize bougies en l’air portées par huit garçons et huit filles de la chorale.
  4. En quatrième position sont venues quatre jeunes avec l’offrande de l’autel
  5. Et enfin toute la chorale s’est levée et a offert diverses variétés des vivres ȧ savoir les fruits, un coq, une chèvre.

Gros modo, le temps d’offertoire était agréable et vibrant car la chorale a présenté son offrande en dansant et dans une ambiance totale de fête.

Au terme de la célébration eucharistique, la chorale hôte, les visiteurs et les prêtres ont pris procession vers le sanctuaire pour se confier ȧ la Sainte Vierge Marie.

Sylvestre NSANZURWIMO