En date du  18 juin 2020, au Mont Sion Gikungu, à 17h00, a été célébrée une messe de Renouvellement d’Alliance d’Amour présidée par l’Aumônier Dirigeant National et Régional, Père Longin Ntiranyibagira, accompagnés par deux Diacres dont Floribert Kaneza et Jean Bosco Habonimana, dans l’Eglise dédiée  à la Sainte Trinité au Mont Sion Gikungu.

Dans son homélie, le père Longin Ntiranyibagira a dit que ce jour du 18 de chaque mois marque toujours une plénitude de joie exceptionnelle, du fait que nous demandons et recevons des grâces qui nous enracinent dans la croyance, l’espérance et l’amour. Par la suite, en  s’appuyant sur l’Evangile de ce jour (Mt 6, 7-15), le père a rappelé que le Dieu que nous prions n’a qu’un seul Nom, qui n’est  que celui   que  le Seigneur Jésus Christ nous a appris : «le PERE ». Ce Père est le Père de tous, c’est pour cela qu’en priant nous disons : « Notre Père », a-t-il dit. Ainsi, la prière doit être notre pilier principal dans toutes  les circonstances  de la  vie.

Parfois nous prions mal, au lieu de rendre gloire au Seigneur sur toutes les merveilles  obtenues, nous ne faisons  que des demandes, a-t-il révélé. De ce propos, il n’a pas manqué à rappeler les composantes d’une prière qui sont entre autre : adorer Dieu, vénérer ses mérites et prier. Dans l’Evangile Jésus nous montre clairement comment nous pouvons ordonner  nos préoccupations dans la prière. Pour le père, même au Burundi, avant de s’adresser directement à quelqu’un pour lui demander ce que nous désirons de lui, il faut d’abord le saluer ; c’est ce qu’aussi Jésus nous enseigne, même si nous ne le faisons pas souvent. Ainsi, ce que nous devons mettre en avant, c’est d’abord la gloire du Nom de Dieu PERE. Alors posons-nous cette question : qu’est-ce que j’ai mis dans la contribution au capital de grâces ? Seulement les demandes du pain quotidien ?

Dans nos prières, il nous faut d’abord contempler la gloire de Dieu et ses mérites. Dans la prière, nous nous basons aussi sur les mérites de la sainte Vierge Marie et celles des saints.

Il a fait savoir que dans le mouvement apostolique de Schoenstatt se trouvent des mérites aussi. Ces dernières se trouvent dans le capital de grâces. Le panier de capital de grâces, c’est l’obligation de tout un chacun de le remplir par des sacrifices qu’il accomplit pour faire croitre son Alliance d’Amour avec la Vierge Marie.

En somme de son homélie, le Père  a exhorté tout participant, de tourner son regard vers Jésus Christ, lui qui est notre Dieu et notre Sauveur, de demander pardon et de pardonner afin d’être  enfant de Dieu qui demeure dans son Amour sous la protection de Marie. Il a rappelé que Jésus a insisté en disant que si nous ne pardonnons pas aux autres, notre PERE céleste ne nous pardonnera pas non plus.

Après l’homélie, a suivi l’offrande des contributions au capital de grâces ; puis  la messe a poursuivi son rite liturgique normal et terminée par une bénédiction finale donnée par le Père Longin Ntiranyibagira. A la fin, la chorale a entonné l’hymne du Mouvement.

Simplice MANAMFISE