Le dimanche du quatorze juin 2020, l’Eglise Catholique universelle a célébré la solennité du Saint Sacrement. Au Sanctuaire de la Reine de la  Paix et de la Réconciliation de Mont Sion Gikungu, la messe a été présidée par le Recteur dudit Sanctuaire, Père Herménégilde COYITUNGIYE en compagnie du Père Longin NTIRANYIBAGIRA. Nous signalerons  aussi la présence, dans cette Eucharistie, des deux des trois diacres de la Communauté des Pères de Schoenstatt qui seront ordonnés prêtres le 18 juillet prochain. La couleur blanche dominait l’ornement liturgique du jour. Deux chorales, à savoir la chorale saint Martin et la Chorale saint Nicolas de Flüe, ont animé ladite messe en chants liturgiques. Les fidèles étaient nombreux et la plupart d’entre eux portaient des habits dont les couleurs blanche et jaune, couleurs liturgiques du jour, dominaient.

Dans son mot d’accueil, le Recteur du Sanctuaire a tenu à signifier à l’assemblée que la solennité du Saint Sacrement est aussi la solennité du Corps et du Sang du Christ avant de les inviter à la préparation pénitentielle. Les saintes Ecritures du jour sont dans le livre du Deutéronome 8, 2-3.14b-16a, de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens et de l’Evangile de Jésus Christ selon Jean 6, 51.58.

Le célébrant a introduit son homélie par un chant que son père aimait tant chanter chez eux en famille dès son bas âge. Ensuite, le Père COYITUNGIYE a invité l’assemblée à méditer sur les paroles dudit chant, qui cadrent bien avec la solennité du Saint Sacrement. Il s’est adressé par la suite à tout un chacun présent de façon particulière en ces termes : Vraiment, Je te le dis, Dieu es chez toi. Dieu est chez toi mon frère, ma sœur. Il a poursuivi en leur signifiant que ces paroles se trouvent dans le livre d’Isaïe au chapitre quarante-cinq au verset quatorze. Le prophète Isaïe parle encore de Dieu qui est chez toi en ces mots : « Vraiment tu es un Dieu qui se cache, Dieu d’Israël, Sauveur ! »

Le Père célébrant a aussi affirmé que  quand il observe le Seigneur Jésus dans le Saint Sacrement,  il se dit : « Tu es le Dieu qui se cache ». Pourquoi Dieu se cache-t-il ? On vient de l’entendre dans ce chant : Maintenant Dieu ne nous fait plus peur comme au Mont Sinaï, comme à l’époque où le vent, le tonnerre et la foudre manifestaient sa grandeur et sa divinité pour nous rendre muets de stupeur. Toutes ces choses dont l’apparition nous faisait peur, Dieu les as rassemblées dans le Saint Sacrement. Pour le Père COYITUNGIYE donc, le Saint Sacrement est le moyen que Jésus a trouvé pour que nous puissions nous approcher de lui sans la trouille. Dans le Saint Sacrement, les gens moins informés peuvent sous-estimer Jésus qui y est, vu la taille de l’hostie  en se disant que c’est un objet sans valeur. Ceci ne peut pas en être le cas pour les fidèles catholiques pratiquants car ils en savent la véritable valeur. Même aujourd’hui, d’aucuns n’arrivent pas à lui donner la place convenable dans l’hostie, mais la Bible nous dit qu’ils sont heureux ceux qui prennent le temps de chercher le Christ et à qui Il se montre. Si Dieu se cache encore aujourd’hui c’est pour que nous puissions continuer de le chercher avec notre cœur plein de foi et que nous puissions le trouver dans le Saint Sacrement. Ceci nous conduit à dire : Jésus Christ, nous te prions ; Jésus, tu es notre Roi ; Jésus, tu es notre Dieu. Pour le Père COYITUNGIYE, l’Eucharistie symbolise la valeur de la Messe en soi. Et d’ajouter, pour conclure, une citation de la Bienheureuse Mère Teresa de Calcuta : « La Messe est le repas de mon cœur. Grâce à l’adoration quotidienne, mon amour pour Jésus devient plus intime et mon amour pour les autres plus signifiant ».

Après la lecture des annonces, est venu le moment d’adoration qui a duré une quinzaine de minutes. Suite à l’état actuel dû au COVID-19 qui ne permet pas aux fidèles de faire procession avec le Saint Sacrement dans les quartiers, cette année. La procession du Saint Sacrement porté par le prêtre au milieu des allées de l’église de la Sainte Trinité a cependant eu lieu. Elle a connu six stations où des prières pour l’Eglise, la nation, le pardon des péchés, l’environnement ont été adressées au Tout-Puissant. Après la procession, a suivi la prière de louange qui a duré une dizaine de minutes animée par le Renouveau Charismatique Catholique de Mont Sion Gikungu.

Germain NAHIMANA