La Prière de neuf jours pour la préparation de la fête de Pentecôte a été clôturé par une messe célébrée par le Père Recteur du sanctuaire marial de Mont Sion Gikungu, Herménégilde COYITUNGIYE, samedi 30 mai 2020  à 18h00. Les textes ont était respectivement tire dans Gn 11, 1-9, Rm 8, 22-27 et  Jn 7, 37-39

Dans son homélie le père a commencé par dire aux chrétiens que la soirée est différente des autres soirées. Cette Pentecôte diffère des autres Pentecôtes du fait qu’elle est unique.

Il est vrai que nous vivons les moments les plus durs aujourd’hui car la plupart des gens au monde est confinée. N’ayez pas peur, même les disciples ont été un jour confinés. Même si nous sommes confinés, nous ne pouvons pas empêcher le Saint Esprit de venir ou nous sommes confinés. Accueillons le Saint Esprit car  Dieu le donne toujours à  ceux qui le lui demandent. Ainsi, il nous a demandé d’ouvrir grandement les portes de nos cœurs et laisser le Saint Esprit venir nous guider.  Il vient pour démolir les murs de Babel dans nos vies. Il  vient pour corriger nos fautes. Quand on n’a pas le Saint Esprit on construit et ça se déconstruit.

Que pouvons-nous apprendre du mur de Babel ?

Le monde entier parlait une même langue, tout le monde s’entendait. La vie était comme  dans le Paradis, comme avant que le péché n’envahisse le monde.  Les hommes ont voulu être à la hauteur de Dieu en voulant construire un mur pour atteindre Dieu.

Barishimye (ils ont été orgueilleux) : « Allons ! Bâtissons-nous une ville, avec une tour dont le sommet soit dans les cieux. Faisons-nous un nom, pour ne pas être disséminés sur toute la surface de la terre. »

On récolte ce que l’on a semé ; ils ne pouvaient pas semer l’orgueil et prétendre récolter autre chose que voir le mur en train d’être démoli. Selon le Père Recteur, on se sent qu’on est avec Dieu, quand on constate son impuissance devant Dieu.

Ce qui a été démoli à Babel a été reconstruit le jour de Pentecôte. C’est le jour de Pentecôte où les gens s’entendaient parler, où ils pouvaient se comprendre. Que le Saint Esprit vienne démolir les murs de Babel dans nos cœurs et dans notre pays, a-t-il conclu.

Butoyi Nadège

Laisser un commentaire