La solennité de la pentecôte au sanctuaire Marial de la paix et de la réconciliation de Mont Sion Gikungu a été caractérisée par la joie liée à la réception des dons du Saint Esprit ; c’était aussi la fête de la clôture du mois marial. Ce mois a été caractérisé par la vie de la prière intense entre autre le chapelet de chaque jour, deux neuvaines l’une pour le bon déroulement des élections du 20 mai et l’autre pour la préparation de la fête de la pentecôte où la Radio Maria était présente pour aider les chrétiens qui sont loin ainsi que ceux qui n’ont pas eu  l’occasions de se réunir à cause de l’état actuel lié à la pandémie du Covid-19. En cette solennité, les membres des mouvements d’actions catholique de l’Archidiocèse de Bujumbura, accompagnés par les prêtres chargés du bureau diocésain et des laïcs, ont effectué un pèlerinage vers le sanctuaire en vue de remercier la Vierge Marie pour toutes les grâces reçues dans tout ce mois marial. Ils ont eu aussi le temps de se consacrer à la vierge.

Dans son mot d’accueil, le Recteur du Sanctuaire, le Père Herménégilde COYITUNGIYE, a invité tous les pèlerins à se sentir chez eux parce que la Mère les accueille comme ses enfants. Il a rappelé le thème du jour : « Par la puissance du Saint-Esprit et avec la Vierge Marie, soyons porteurs de l’Evangile, de la paix et de la réconciliation dans nos familles ». Il a rappelé que la Vierge Marie accompagne chacun. Il s’est basé sur les mots du Père KENTENICH quand il S’ADRESSAIT aux pèlerins français à Schoenstatt le 07 septembre 1968 : « Maintenant nous devons connaître et aimer la Vierge Marie. Acceptons qu’elle nous éduque et nous change pour nous envoyer ».

La messe a commencé à 9h30 comme d’habitude. C’est l’Abbé Jérémie BUKENE qui l’a présidée. Les lectures de cette solennité étaient tirées: Ac2, 1-11; Ps 103(104), 1ab. 24ac, 29bc-30; 1co 12, 3b-7. 12-13 et l’Evangile de Jésus Christ selon saint Jean 20, 19-23.

Dans son homélie, l’Abbé Jérémie BUKENE a commencé par saluer tous les pèlerins ainsi que ceux qui écoutaient la Messe à travers la Radio Maria Burundi en utilisant les mots de Jésus lui-même: « La paix soit avec vous ». Il a rappelé que les laïcs sont venus visiter Marie, lui l’exemple des laïcs. Nous sommes dans la joie de la résurrection. Ce jour de la pentecôte que célèbrent les chrétiens, est venu au moment où les juifs étaient venus non pas pour célébrer celle- là mais pour se rappeler ce que Dieu avait fait pour eux, les commandements que Dieu leur avait donné et son intervention au désert. La première lecture montre deux signes: le vent et le feu qui arriva chez les disciples enfermés. Cet esprit les a purifiés et leur peur a disparue et ceux qui étaient confinés en chambres sont sortis pour proclamer la bonne nouvelle devant même ceux qui ont crucifié Jésus. L’esprit que nous recevons chasse en nous la peur et nous donne la puissance d’aller proclamer le Christ ressuscité. Ce qui est important dans ce message c’est que les disciples ont parlé en langue. Ce qui montre que l’Evangile n’est pas dédiée à une catégorie de gens mais ce même Esprit passe par un petit nombre de gens pour aider les autres.

C’est Saint Paul qui montre le rôle du Saint Esprit dans l’Eglise. Actuellement nous avons un problème de considérer la diversité comme une richesse mais avec la venu du Saint Esprit chacun a sa considération car si tout le monde devient francophone ou médecin, notre richesse sera où? Chacun est important comme membre du corps du Christ car Dieu crée chacun avec une mission spécifique. C’est pourquoi la diversité est une richesse. En plus, Jésus nous trouve là où nous sommes et nous donne d’abord la paix. L’écoute est primordiale car dans le chaos nous ne pouvons pas recevoir le Saint Esprit. Comme les apôtres sont partis avec l’esprit, nous sommes invités à partir avec l’Esprit.

Pour l’abbé Jérémie, l’homme a deux cartes Sim. L’une de Satan qui est remplie d’unités et des mégas tout le temps pour la communication et souvent ces moyens sont gratuits. L’autre carte Sim est celle de Dieu où nous trouvons les unités en Dieu. Recevons aujourd’hui les moyens et les nouvelles applications venant de l’Esprit Saint. Comme le rappelle le Pape François dans Christus vivit: « Soyez toujours connecté à l’Esprit pour qu’il puisse vous envoyer ce qui est nécessaire ». C’est l’Esprit qui nous aide à mener le combat contre nous-même et contre le monde extérieur. L’Abbé a terminé son homélie en montrant que notre mission est de suivre l’Esprit Saint sans peur. Ce même Esprit nous envoie pour être des hommes et des femmes de paix, de justice, du pardon et de la réconciliation. Ce qui est nécessaire pour le chrétien ce n’est pas d’aller au ciel mais vivre avec Dieu. Il a mentionné pour terminer les quatre aspects qui caractérisent le chrétien à savoir : le choix de chaque jour, se donner pour les autres, se connaître et accomplir bien son devoir.

 

 

Laisser un commentaire