En ce lundi le 18 mai 2020 la famille de Schoenstatt et tous les pèlerins de Mont Sion Gikungu se sont rassemblés, comme c’est déjà une bonne coutume, pour célébrer la journée d’Alliance. La journée était cette fois-ci très spéciale car nous sommes aussi dans le mois marial, le mois de mai. La messe de cette occasion a commencé à 17h00, dans la grande église dédiée à la Sainte Trinité. Elle était présidée par le Père Marcien NDAYIZEYE, accompagné du Diacre Floribert KANEZA et Diacre Jean Bosco HABONIMANA et c’est ce dernier qui a fait l’homélie du jour.

En effet, dans son homélie, le diacre Jean Bosco HABONIMANA a rappelé le reflet du psaume du jour à savoir le psaume 149 : « Dieu met sa joie dans son peuple ! » ; surtout quand ce peuple se rassemble pour célébrer l’Alliance d’Amour. Il a encore dit que ce jour est spécial pour nous car c’est un jour où nous célébrons l’Alliance d’Amour alors que nous sommes aussi dans le mois de mai qui est le mois marial. Pour cela, il a évoqué  trois choses qui plaisent à la Sainte Vierge Marie pendant cette période :

-le chapelet : celui qui, jusqu’à maintenant n’a pas eu le temps de réciter le chapelet, est en retard ; mais il peut encore se ressaisir pendant les jours qui nous restent;

-Accomplir les bonnes actions et les offrir comme capital de grâce au sanctuaire ;

– Témoigner le Christ son Fils, dans notre vie et dans nos actes quotidiens, comme nous l’inspire la bi-unité entre Elle et son Fils Jésus ; illustrée sur la Croix de l’Unité.

A cet effet, il a réitéré que dans l’Alliance d’Amour, nous devons être des témoins vivants du Christ. Et, cela nous le réalisons si nous nous ouvrons à l’Esprit Saint, notre Défenseur comme l’Evangile le disait (Jn 15, 26-27;16, 1-4). Témoigner le Christ n’est pas seulement l’affaire des prêtres et des sœurs consacrées comme certains le pensent, nous tous nous sommes appelés à être des témoins du Christ partout où nous sommes dans notre vécu.

Comme nous le disons dans le mouvement Schoenstatt : nous voulons former l’homme nouveau dans une communauté nouvelle. Ce but nous devons le réaliser là où nous sommes. Un Schoenstattien qui travaille au bureau qu’il le fasse bien comme il se doit, qu’il accueille bien les gens.  S’il est un commerçant qu’il ne triche pas la mesure de la balance. Il n’est pas du tout facile d’être juste dans ce monde où règne la corruption, même dans l’Evangile  Jésus le dit: « On vous exclura de la synagogue… on vous tuera » ; mais restons quand même attacher au Christ. Par conséquent, nous devons accepter d’être dirigés par l’Esprit Saint qui sera aussi notre Défenseur.

La première lecture (Ac 16, 11-15) montrait l’exemple de Saint Paul et ses compagnons,  comment ils se sont donnés en allant partout, non pas pour sillonner comme des touristes mais pour témoigner la Bonne Nouvelle du Christ Ressuscité. Ils ont dû endurer toute la fatigue et même la torture. Cela nous est possible que si nous rencontrons et accueillons  réellement le Christ dans notre vie. Toute personne qui a connu Jésus doit le témoigner.

La vérité, la paix, la joie, la justice, ainsi que d’autres vertus, telles sont les caractéristiques de celui qui a accueilli le Christ. Les schoenstattiens, les amis de Schoenstatt, nous avons accueilli la Vierge Marie et par conséquent le Christ Jésus. Encore, l’Evangile a parlé du Défenseur. C’est pourquoi dans ces derniers jours où l’on voit la peur à cause de cette période des élections et de cette pandémie de coronavirus, rappelons-nous que nous n’avons pas d’autres Défenseur que Dieu lui-même. C’est pourquoi chaque fois, nous faisons recours à la Vierge Marie pour qu’elle intercède pour nous. Ainsi, il a terminé son homélie en nous encourageant à contribuer au capital de grâce dans le sanctuaire de notre Mère, en offrant tout ce qui nous effraye ainsi que nos bonnes actions.

Après, l’homélie, le Père Marcien NDAYIZEYE a invité tout le monde de se préparer pour le rite de brûler  les contributions au capital de grâce. C’est pendant ce rite qu’a eu lieu le moment des intentions communes où on a prié pour l’Eglise Universelle, les élections apaisées au Burundi pour que Dieu nous donne un dirigeant digne, et pour les victimes de coronavirus.

Après, la célébration eucharistique a continué comme d’habitude. À la fin, on a reçu la bénédiction finale et la chorale du jour (Sancta Maria) a entonné l’hymne du Mouvement Apostolique de Schoenstatt.

Léon DUSENGEYEZU

Laisser un commentaire