Père célébrant: Marcien Ndayizeye

Chorales : Santa Maria et Sainte Maria Goretti

Lectures : 1) Actes des Apôtres : 10, 34-43

2) Epitre de Saint Paul aux Colossiens 3, 1-4

3) Evangile  selon Saint Jean 20, 1-9

   Le Père célébrant, Père Marcien Ndayizeye, a commencé la célébration pascale en annonçant que c’est une immense joie pour les Chrétiens du monde entier  de célébrer le Grand jour de la victoire sur  le mal, la peur, les maladies, … Il a proclamé que Jésus a tout fait pour que l’homme ait la paix. Il est allé jusqu’à mourir sur la croix, pour que l’homme soit sauvé. Il a même souhaité bienvenu aux chrétiens  qui viennent  à l’église deux ou trois fois l’année, mais qui sont quand même venus célébrer la résurrection du Christ.

En plus, Père Marcien a invité les fidèles à s’associer à ceux qui ne peuvent pas se rassembler pour la célébration de Pâques à cause de la pandémie, et de remercier Dieu pour cette faveur accordée aux Burundais.

Dans son homélie, le père Célébrant a précisé qu’on est venu le premier jour de la semaine célébrer la Pâques, pour contempler l’amour et la miséricorde de Dieu.  Personne n’a vu Jésus ressuscité, mais Jean nous montre que Jésus a bel et bien ressuscité, que le tombeau est vide (Evangile  selon Saint Jean 20, 1-9). Personne n’avait vu quelqu’un ressusciter avant, même les Burundais avaient peur des esprits des morts.  C’est la Pâques de vaincre toute peur.  Dans la première lecture tirée des actes des apôtres (10, 34-43), on voit Simon Pierre qui n’a plus peur de proclamer à haute voix la résurrection du Christ, dans la région même de Pilate.  Pierre donne l’historique de Jésus, lui qui n’a fait que du bien partout où il passait, mais qui a été crucifié, et est ressuscité après trois jours. L’Eglise a compris que Jésus est Dieu et a commencé à célébrer la sainte messe, annonçant la rédemption de l’humanité par lui. Jésus est cette pierre rejeté mais qui est devenu la pierre angulaire. Il faut alors ouvrir les portes de notre passé, sortir des tombes et être libres de  la peur, pauvretés, maladies même coronavirus.

Aux temps de Jésus, le lépreux était maudit. C’est la même chose aujourd’hui  avec coronavirus. Il faut alors tourner notre regard vers Jésus ressuscité pour notre guérison. Jésus n’a pas honte de nous, Jésus  n’a pas honte du lépreux, Il va nous guérir, et Il ne nous demande rien pour nous guérir. Aujourd’hui nous célébrons la victoire sur les maladies, la peur et le mal. Il faut prier pour ceux qui sont malades de coronavirus, ceux qui sont confinés par différents maux. Il faut être vigilant aussi,  et voilà que nous sommes déjà affectés, nous et notre culture, par cette pandémie: on ne se salue plus. Nos parents nous saluaient, nous bénissaient en nous tapant sur les épaules, on s’embrassait, etc. et coronavirus ne nous empêche pas seulement à nous rassembler pour bien prier mais  aussi on perd petit à petit notre humanité. Saint Paul, qui a eu une vie difficile avant sa conversion, nous appelle a toujours attacher notre esprit au-delà de ce monde, à Dieu (Epitre de Saint Paul aux Colossiens 3, 1-4). Jésus nous appelle à aimer Dieu et ses enfants.

Comment faut-il nous comporter selon Jésus dans le monde actuel? Il faut abandonner tout péché de corruption, injustice, terrorisme aux moments des élections, langage haineux, mensonges, rébellion contre l’autorité établie, jalousie pour ceux qui réussissent, sorcellerie, etc. et  la nouvelle abomination de donner le poison aux gens qui prend une ampleur alarmante au Burundi. Il faut marcher avec Jésus ressuscité, marcher dans l’amour comme ceux qui sont ressuscités avec Lui. Il faut continuer à prier pour  que Dieu nous aide à surmonter tous les maux. Et il faut  prier pour tous ceux qui sont opprimés par plusieurs maux.  La Pâques, c’est un bon moment pour surmonter tout ce qui nous empêche d’être vainqueurs.  Il y a beaucoup de choses qui semblent être même belles, mais qui nous éloignent petit à petit de Dieu.  Comme les pratiques en vogue de «Baby Shows», un moyen de célébrer la naissance avant. Et après on trouve tout sur WhatsApp et Facebook, une sorte de distraire les gens au moment de concentrer toute la force à prier. Il faut bien voir que vraiment ce qu’on fait  donne la place à Dieu, pas à la radio, télé, et réseaux sociaux.  La vie est sacrée, ces genres de surprises ne sont pas toujours bons. Dans notre monde actuelle il faut bien voir d’où vient tout ce qu’on voit et vérifie que nous sommes en train de témoigner pour la vie,   pour Dieu, sinon on risque de se retrouver en train de célébrer autres dieux.

Le Père Marcien a clôturé l’homélie en appelant les fidèles à invoquer notre Seigneur pour qu’Il chasse les ténèbres dans nos cœurs. Que l’eucharistie nous aide à témoigner pour le Christ ressuscité pour que son Nom soit loué maintenant et toujours. Amen.

Fulgence Ndayizeye

Laisser un commentaire