Chaque soir du dernier lundi du mois de l’année 2020, comme prévu dans le calendrier des activités pastorales du sanctuaire, est réservé à l’enseignement de la Sainte Bible. Le premier enseignement, dirigé par Monsieur l’Abbé Calliope BAZITWINSHI, Directeur du Département de l’Apostolat de la Bible, a eu lieu le 24 février et portait sur : Comment lire la Sainte Bible pour qu’elle renforce notre foi. Plusieurs chrétiens de l’Archidiocèse de Bujumbura, assoiffés de connaissances,  avaient participé massivement à cette soirée biblique. Vers la fin, les participants ont eu le temps de poser les questions. Certaines d’entre elles portaient sur quelques pratiques observées dans l’Eglise Catholique qui ne sont pas mentionnées dans la Sainte Bible. C’est notamment la place de la Vierge Marie, la présence des statues de la Vierge Marie, des Saints, de Jésus, de la Sainte Famille, des icônes, dans les églises. Lesquelles questions sont souvent posées par les protestants aux chrétiens catholiques qui ne peuvent pas défendre leur foi convenablement. A toutes ces questions, l’Abbé leur avait donné des réponses convaincantes et certaines avec des versets bibliques à l’appui.

Le deuxième enseignement a eu lieu le 30 mars, dans l’Eglise de la Sainte Trinité, à partir de 17 heures et portait sur thème : La prière et la lecture de la Parole de Dieu en famille par la sœur Marie Lucie KAYANDAKAZI de la des sœurs BENE TEREZIYA et Responsable de l’Apostolat Mukama Menyekana.

Les trente premières minutes étaient réservées à la prière de louange avant de laisser la place aux enfants de l’Apostolat Mukama Menyekana pour leur numéro introductif de l’enseignement du jour. Habillés, certains en jaune et d’autres en rouge, ils répondaient spontanément  aux questions de leur responsable COLOMBE par des versets bibliques bien mémorisés sans ouvrir même les bibles qu’ils portaient tous en main. Ils ont ainsi parcouru toute la Sainte Bible, de l’Ancien Testament au nouveau en essayant de définir ce que signifie « Prier et lire la Parole de Dieu dans la famille ». C’est donc une façon de s’unir pour comprendre la Parole de Dieu. Ils ont encore parlé du déroulement de la prière en famille qui doit être caractérisée par la lecture solennelle de la Parole de Dieu, la recherche de la signification, ensuite à partir du verset même on loue Jésus et enfin on formule une prière adressée directement à Jésus. Signalons que ces enfants sont encadrés par le couple Salvator et Jeanine, tous membres de Mukama Menyekana. Ils ont aussi chanté une chanson qui avait pour titre : la Parole de Dieu guérit et délivre celui qui la lit.

Il y a des frères et sœurs qui utilisent la Parole de Dieu pour nous tromper. C’est dans cette perspective que nous avons pris ce moment de partage une fois le mois pour mieux comprendre les Ecritures saintes, a laissé entendre le Recteur du Sanctuaire, Père Herménégilde COYITUNGIYE dans son mot d’accueil. Pendant ces enseignements, a-t-il poursuivi, il y a aussi un temps réservé aux questions, pour ne plus douter sur notre foi. Que la Vierge Marie, elle qui a donné naissance à la Parole à travers son OUI, nous aide à mieux comprendre la volonté de Dieu à travers la Sainte Bible, a-t-il conclu avant de passer le micro à la Responsable de l’Apostolat Mukama Menyekana.

Là où deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis au milieu d’eux (Mt 18,20). A partir de ce verset, la sœur a demandé à tous ceux qui étaient là de se scinder en différents groupes afin de mieux partager la Parole de Dieu. Signalons que dans chaque groupe, il y avait un membre de Mukama Menyekana pour aider les autres. La sœur a, par après, montré l’importance de lire la Parole de Dieu en famille. Pour elle, le nombre deux ou trois, se trouvant dans Mt 18, 20, laisse sous-entendre les parents et les enfants. De cette unité autour de la Parole divine, il y a Dieu qui est là. En lisant encore la Parole de Dieu, les chrétiens sont armés pour pourvoir répondre à certains pièges qui leur sont tendus comme le cas de Jésus pendant ses 40 jours au désert, se font sentir aimer, deviennent des enfants de Dieu. Certaines personnes sont atteintes du kwashiorkor spirituel dû au manque de partage de la parole de Dieu en famille. Elle a ici encouragé les familles à lire souvent la Bible chez eux. Parmi les raisons qui poussent la non-lecture de la Parole de Dieu, c’est notamment l’irresponsabilité des parents.

La sœur a pu montrer comment la prière et la lecture de la Parole de Dieu doivent se faire en quatre étapes :

  • la lecture solennelle d’une péricope choisie,
  • la lecture de la péricope encore mais cette fois-ci verset par verset en cherchant la clé (verbe parlant de d’action Jésus ou son attitude).
  • parler de Jésus en ses propres mots
  • et conclure par la prière inspirée par la péricope lue.

Après, les participants ont appliqué ces quatre étapes sur un texte de l’Evangile selon saint Marc 1, 16-20 dans leurs groupes respectifs.

Pour finir, le recteur a encore remercié la Sœur et le prochain rendez-vous pour une autre soirée biblique est prévu lundi, le 27 avril.

Germain et Ingrid

 

Laisser un commentaire