Dans la messe de cette soirée du mardi 18 juin 2019, au Sanctuaire Marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu, les membres du Mouvement Apostolique de Schoenstatt et les autres fidèles alliés, ont renouvelé l’Alliance d’Amour scellé avec la MTA.

Dix-sept heures moins le quart, la pelouse de devant le Sanctuaire est presque pleine des pèlerins venant de toutes les paroisses, comme ils le font le dix-huitième jour de chaque mois. Ils attendent calmement le son de la cloche. La chorale Sancta Maria est bien prête pour l’animation. Non seulement c’est la célébration pour le renouvellement de l’Alliance, mais aussi les fidèles qui, dans le but de mieux se préparer pour célébrer le jubilé d’argent du Sanctuaire, ont effectué un pèlerinage au Sanctuaire marial de Mugera, trouvent un moment opportun pour remercier le Seigneur, pour les dons et bénédictions.

Dans cette cérémonie concélébrée, le Père Félicien NIMBONA qui l’a présidée a précisé que l’alliance d’amour  est le rappel du baptême : «  l’alliance que nous avons faite nous rappelle nos engagement baptismaux. » Il a aussi fait savoir que tout le mois de juin est dédié au sacré cœur de Jésus.

Dans son instruction, il a insisté sur le Sanctuaire : « Notre Sanctuaire  est un lieu de pèlerinage depuis le 23octobre 1994, mais nous ne pouvons pas rester enfermer ici, c’est pourquoi, comme Marie et Joseph vers le temple de Jérusalem, nous faisons des pèlerinages vers d’autres lieux. »

En se basant sur les lectures du jour ; il a signalé que l’amour et la vérité sont compatibles parce que selon lui, l’amour sans vérité est dangereux. « Même Jésus, dit-il, il, il nous montre comment doit être l’amour vrai : aimez vos ennemis et priez pour eux. « Dans la vie de l’homme, continue le célébrant, la haine ne peut pas ne pas être, mais Dieu nous demande de mettre un peu de l’effort. »

D’après le Prêtre, cette parole est pertinente pour les Burundais, parce que selon lui, la haine, l’ethnisme et le racisme sont très fréquents : « Jésus a dit qu’il rassemblera tout le monde. Tu es qui alors toi qui enseigne la haine et l’ethnisme ?  Si nous ne renonçons pas à cette mauvaise habitude, a-t-i ajouté, nous mourrons tous. » Il n’a pas oublié de parler du pardon comme aussi caractéristique de l’amour vrai : « ce vocable est très facile à dire mais difficile à mettre en pratique. »

Il a terminé en rappelant aux fidèles que la sainteté du quotidien est l’un des points de l’identité de l’enfant de la Sainte Vierge. « Etre saint c’est faire des choses ordinaires d’une manière extraordinaire, pour la toute gloire de Dieu. La sainteté  n’est pas seulement pour les dimanches pendant la messe, mais c’est pour toujours. Prions les uns pour les autres. »

Après l’homélie, tous les fidèles se sont rendus vers le lieu où ils ont passé à l’acte de la contribution au capital de grâces, but ultime de la célébration. Dans un climat de joie, la messe a été clôturée à 19heures.

 

Brigitte IRAKOZE

Laisser un commentaire