2019 est une année de joie, de grâces et bénédictions pour les Prêtres, les fidèles et les consacrés qui fréquentent, de loin ou de proche le Sanctuaire marial de Schoenstatt au Mont Sion Gikungu. C’est dans ladite année que, vont fêter dans la joie le jubilé d’argent  (25ans) dudit Sanctuaire, tous les pèlerins, les années dans lesquelles le Christ, par intercession de la Mère Trois fois Admirable, sa très chère Maman, a manifesté sa puissance, comme sur le mont Thabor. Et la Vierge Sainte quant à lui, elle a montré sa splendeur, et elle continuera à jouer son rôle  d’une Reine et Educatrice de ses enfants.

C’est pour cette raison que depuis 1994, certains fidèles ont fait leur le Sanctuaire et ils ont voulu comme l’avait demandé Pierre à Jésus sur le Mont Thabor, y faire trois tentes : une pour Jésus, une pour Marie et une pour soi. Ce qui est intéressant, c’est que, certains parmi ceux qui fréquentaient ce lieu depuis la construction du Sanctuaire ne sont plus, mais leurs enfants ont été héritiers  de ce trésor.

C’est le cas d’une jeune fille GATEKA Sandrine, rencontrée dans les enceintes du Sanctuaire, lundi 10 juin 2019. A petits pas dans le chemin marial, elle se dirige vers les Sanctuaire. Ce qui se remarque, est qu’elle médite sur quelque chose. Elle avance en regardant attentivement les sculptures qui font le chemin marial. Arrivée devant la fontaine mariale érigée sur ledit chemin, à quelques mètres du Sanctuaire, elle s’arrête. Il semble qu’elle a à dire. Sur la question de savoir son constant après avoir passé un si bon temps à regarder à gauche et à droite ce qui est là, elle répond : « ce n’est pas la première fois que je me présente ici, mais aujourd’hui c’est spécial, parce que j’ai eu le charisme de contempler si je peux dire. »

Cette fille dit qu’elle ne sait pas quel Esprit l’a pris : « Dans mes programmes, j’avais préparé de se diriger directement dans le Sanctuaire, mais je ne sais pas comment j’ai passé tout le temps à fixer précieusement tout ce qu’il y a ici ».

Elle affirme que son temps a été bénéfique, d’intérêt spirituel : « Je sais que  j’ai en moi le Sanctuaire de mon cœur. Je me suis demandée alors pourquoi ne pas faire pour que mon Sanctuaire soit toujours propre comme cet édifice. Qu’est ce qui manque ? Ce que j’ai remarqué, elle ajoute, c’est  que c’est l’évidence, la gloire de Dieu se manifeste en ce lieu.

Quand le Sanctuaire est bon, étant là, les pèlerins se sentent à l’aise, ils reçoivent ce don de chez soi. Le Temple est fait par  Dieu lui-même à travers les hommes, il en sera glorifié et le peuple sera béni et heureux.

C’est ainsi que les responsables du Sanctuaire invitent tous les pèlerins à contribuer pour maintenir propres le Sanctuaire et ses alentours. Les lieux seront retouchés et le 19octobre, jour de la célébration du jubilé, trouvera net le Sanctuaire.

 

Brigitte IRAKOZE

 

Laisser un commentaire