Le mardi 4 juin 2019  a été le cinquième jour parmi les neufs que vont durer cette prière commencée le lendemain de l’Ascension, dont l’objectif  est de mieux préparer les fidèles croyants à recevoir d’un cœur nouveau les dons de l’Esprit de Dieu. Au Sanctuaire marial de Schoenstatt  Mont Sion Gikungu, comme dans pas mal d’autres Paroisses, cette neuvaine a été organisée.

Dix-huit heures tombent pile, les fidèles se rencontrent dans l’Eglise de la Sainte Trinité pour commencer la prière de louange, avant de recevoir l’enseignement de la part de M. Emery Placide NIYONGERE.

Le thème développé est le suivant : « Tous ceux qu’anime l’Esprit de Dieu sont enfants de Dieu ». L’animateur a commencé l’instruction en rappelant que c’est bel et bien l’Esprit de Dieu qu’est cette puissance d’être enfant de Dieu : « Dans ce monde fou, ce monde de guerre, de sang et de pleurs, nous restons enfants de Dieu grâce à l’Esprit. »

En se référant sur le passage du livre de Samuel racontant comment le roi Saul a voulu maintes fois tuer David, il a confirmé que quelque fois, même les enfants de Dieu deviennent jaloux les uns envers les autres : « A partir de l’envie à grande soif  du pouvoir, est née la haine entre ceux qui sont oints, les enfants de Dieu, dit-il.

Il a signalé que, bon gré mal gré, chacun a un esprit, soit bon ou mauvais en lui, soit l’esprit du mal, soit l’esprit du bien. Quand les esprits mauvais entrent, l’Esprit de Dieu quitte. Le roi Saul était animé par les esprits mauvais, quand il cherchait à tout prix la chute de son frère David, lui aussi l’oint de Dieu. « Quand l’esprit mauvais entre, dit le développant, c’est la jalousie, la tuerie, la haine, la mauvaise humeur et autres mauvaises choses envers qui sont innocents»

Et il a posé cette question : « Est-ce  dans notre pays, il n y a pas des gens innocents qui ont été tués à cause de la jalousie de ceux qui se disent chrétiens ? » Ce qui est étonnant, a-t-i poursuivi, c’est  que le pauvre David n’avait pas voulu combattre le roi, il fuyait, mais Saul par contre le suivait, n’importe où il se cachait. »

Le jour arriva, quand le roi Saul tomba sans le savoir dans les mains de David et ses guerriers, mais il ne lui avait pas fait moindre chose, il le laissa partir en paix. Ce comportement qu’avait manifesté David est de ceux qui ont reçu le Saint Esprit du Seigneur. Il n’avait pas voulu se venger.

Selon le conférencier, David a remplacé la jalousie par l’amour, le mal par le bien et il a pardonné de tout son cœur à Saul. Par contre, il s’est montré humble et courtois devant le roi. Après tout le discours de David, le roi Saul a pleuré parce qu’il s’est senti coupable. « Celui qui fait ou désire faire le mal est malade et le bien fait à celui-ci le guérit et libère celui à qui le mal a été fait. » Après cette scène du pardon, tous les deux sont partis en paix. « Ouvre la porte à celui qui t’a fait du mal, a martelé M Emery, parce qu’il est malade. Il sera guéri et toi tu seras libre. »

Après l’enseignement, le Prêtre a déposé devant l’assemblée la croix de Jésus. Les fidèles participants, à commencer par le Prêtre, ont fait l’acte de l’adoration de la Croix comme on le fait le vendredi saint.  Ils font la génuflexion devant la croix, un signe que le Christ est le seul sauveur du monde et qu’il est le premier à pardonner aux gens qui lui ont fait tant souffrir. Il est aussi l’exemple vivant de ceux qui veulent pardonner.

 

Brigitte IRAKOZE

 

Laisser un commentaire