Le 27mai, dernier dimanche du mois de mai, a coïncidé avec la clôture du mois marial qui avait été ouvert le 28 avril. Une procession de ce jour a commencé depuis près de l’hôpital militaire de Kamenge à 8h30 vers le Sanctuaire marial de Mont Sion Gikungu. Les membres des mouvements d’action catholiques du vicariat de la mairie s’étaient donné rendez-vous à cet endroit pour y rencontrer les membres du mouvement Schoenstatt. Une belle procession a débuté à ce même endroit, animée par les tambours et la mélodie des membres du mouvement CHIRO Burundi.

A l’arrivée dans l’Eglise de la  Sainte Trinité, tout avait été mis en place pour les cérémonies du jour : le chœur de l’église était tout décoré en bleu et blanc, les chorales Saint Vincent de Paul de la paroisse Nyakabiga et Saint Martin de Mont Sion Gikungu avaient tout mis en place pour animer alternativement cette célébration.

Tout au début de la Messe, le Père Félicien Nimbona, Recteur du sanctuaire Marial de Mont Sion Gikungu, a brièvement présenté un discours d’accueil. « Il y a dix-huit ans, c’était en l’an 2011, les prêtres en apostolat des laïcs avec les membres des MAC ont choisi de clôturer le mois marial ici au Mont Sion. Dès lors, cette habitude a continué jusqu’à nos jours », a dit le Père Recteur. « Ce qui a été ravissant pour nous a-t-il ajouté, était que nous avons toujours accueilli en nos murs Son Excellence l’Archevêque d’alors, et même aujourd’hui nous avons la même joie d’avoir entre nous l’Archevêque Gervais BANSHIMIYUBUSA, pour la même cérémonie. Le but était et est de consolider la foi des chrétiens fidèles en tourment à cause des enseignements des religions naissantes qui les accusaient d’adorer une femme. Ce qui était bon en tout cela était que même Leurs Excellences les Evêques catholiques du Burundi avaient consacrés le pays à la vierge Marie, Mère de Dieu, une année avant notre indépendance. » Il a terminé en invitant son Excellence l’Archevêque à présider cette célébration.

Dans son homélie, Monseigneur Banshimiyubusa a rappelé que le sixième dimanche de Pâques arrive à quelques jours seulement de l’ascension du Seigneur. « C’est en ce même jour où l’Eglise nous rappelle que nous sommes enfants du même Père qui nous aime tous. Le commandement que nous avons hérité du Christ est l’amour. Comme nous le lisons dans les treizième et quatorzième chapitres de l’Evangile selon saint Jean, celui qui aime Jésus aime aussi Son Père. Il en va de soi qu’on ne peut pas aimer Jésus en haïssant et détestant son prochain. L’amour caractéristique des enfants de Dieu trouve son origine au Père et se manifeste à travers son Fils Jésus. Celui qui a l’amour, a aussi la paix qui vient de Dieu et non de la force des hommes et des armes. »

Selon lui, les membres des MAC et d’autres groupes de prière doivent être de vrais apôtres du Christ ressuscité. Il a ajouté que un autre avantage pour les chrétiens est de conjuguer les efforts afin de bâtir le royaume de Dieu ensemble. « Nous sommes donc appelés à œuvrer sans cesse pour la grande cause qui n’est d’autres que la recherche  de l’établissement de la paix de Dieu non seulement dans notre pays, mais aussi dans tous les pays du monde. Puisse la vierge Marie, première apôtre et missionnaire, nous y aider par son intercession. »

Pendant l’offertoire, à côté du sacrifice de l’autel, d’autres choses ont été offertes comme symboles significatifs : un bouquet multicolore, pour signifier multiples biens et grâces que reçoivent de Marie les fidèles. Le globe terrestre a été présenté  devant l’autel, signe qu’on confie tous les pays du monde à la Mère de Dieu, et enfin, une famille qui a présenté la Bible, pour rappeler à tous les membres de la famille qu’ils doivent être les apôtres du Christ.

A la fin de la Messe, Son Excellence Monseigneur l’Archevêque a solennellement annoncé que Rome a accordé les indulgences plénières au Sanctuaire marial de Mont Sion Gikungu. Après cette annonce, l’Abbé Jérémie BUKENE, chargé de l’apostolat des laïcs, a prononcé un discours dans lequel il a commencé à remercier la vierge Marie pour ses prières et intercession pour ses enfants en faveur de la paix et réconciliation des enfants de Dieu. « Ici au Mont Sion nous avons tout le droit de nous réjouir car nous sommes chez notre Maman qui connaît notre malheur, notre misère et sait de quoi nous avons besoin. Elle est toujours à notre côté et nous demande de lui confier nos soucis pour qu’elle se charge d’en obtenir gain de cause auprès de son Fils Jésus. »

Enfin, Abbé BUKENE a souligné qu’en tant que chrétiens membres des MAC, communautés nouvelles et mouvements ecclésiaux devons faire attention avec les élections qui s’annoncent au Burundi l’an prochain : «  Donner nos voix pour l’un(e) ou l’autre candidat est notre droit, mais nous n’avons jamais droit à sacrifier le sang ni la vie de notre prochain pour avoir l’un ou l’autre avantage aux élections ». Les chefs et responsables des mouvements ci-haut cités doivent le rappeler aux membres.

Une procession vers le Sanctuaire a été faite, arrosée de divers refrains et danses. Une prière pour se consacrer à la Sainte Vierge a été dite, avant de recevoir de la part de son Excellence l’Archevêque une bénédiction finale de la fin du mois.

 

Nyandwi Méthode.

Laisser un commentaire