Au Sanctuaire Marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu, les fidèles ont participés dans la messe dominicale de ce 5 mai 2019, administrée par le Père Félicien NIMBONA, Recteur du Sanctuaire.

Avant que sonnent les cloches, symboles d’appel du Seigneur pour que ses enfants se rassemblent autour de lui, les fidèles dans l’Eglise de la Sainte Trinité prient le chapelet. 9heures et demie précises, tout le monde entend le son des trois cloches, c’est le début de l’Eucharistie. La chorale Sainte Maria Goretti est prête pour le chant d’entrée.

Après avoir souhaité la bienvenue à tout un chacun, le célébrant ajoute : « Le Seigneur te demande aujourd’hui, M’aimes-tu ? A la fin de cette sainte messe, je vous invite à répondre à cette question, chacun en sa personne. »

Homélie

Il l’a commencé en faisant connaitre que la mort de Jésus avait fait peur aux apôtres. Leur conscience n’était pas encore convaincue que le Christ est bien vivant. C’est pourquoi après la résurrection, Jésus est apparu maintes fois à ces derniers, pour leurs montrer qu’il est vraiment ressuscité. Ils ont enfin pris la décision de retourner à la pêche, et Jésus est apparu sur les bords du lac.

Le Prêtre a alors demandé à chacun des participants à voir où le Seigneur l’avait tiré : « Où est-ce que Dieu m’avait tiré ? Chaque fois, comme les apôtres de Jésus, nous oublions d’où nous sommes venus et nous retournons dans nos actions et ça devient plus pire, dit-il.

Selon le Père célébrant, la nuit qu’ont prise les apôtres pour pêcher est comparée à l’absence de Dieu : « L’Evangéliste Jean compare la nuit à l’absence de Dieu, l’Esprit saint n’est plus là. Et quand Dieu est absent, il n’y a rien ! Tout ce que nous cherchons en ignorant Dieu, c’est rien, martèle-il.

Les apôtres n’ont reçu que du vent toute la nuit, parce que tout ce que l’homme peut faire sans Dieu, il ne récolte que du vent. Jésus leurs a alors demandé s’ils ont quelque chose à manger. D’après le consacrant, il y a là une grande et importante instruction : «  Le Seigneur te demande chaque fois cette question à travers les nécessiteux, mais quelque fois, nous faisons la sourde oreille. »

Il continue en disant que les apôtres ont manifesté l’obéissance quand le Christ leurs dit de lancer le filet à droite du bateau : «  La première chose qu’ils ont fait est d’obéir en faisant ce qu’il leurs demande. Dieu veut que nous ouvrions nos oreilles et écoutions sa voix, insiste-il. C’est ainsi que leur filet a capté 153 poissons alors qu’auparavant, ils ont maqué même un seul. Le Père Félicien a comparé le filet à l’Eglise qui rassemble tous les enfants de Dieu dans leur diversité, en faisant allusion à ce nombre de poissons représentant tous les espèces trouvés dans ce lac.

Le Christ a enfin demande à Simon Pierre : « M’aimes-tu plus qu’eux ? Et Pierre de répondre : « Oui, Seigneur, tu sais que je t’aime. Le célébrant retourne la question aux participants : Est-ce que tu aimes le Seigneur plus que tout ? » Jésus a confié à Pierre ses brebis : « Soit le Berger de mes brebis » Le Prêtre  s’exprime  en disant que comme Simon, le Seigneur envoie chacun et lui demande d’être  le pasteur, le berger des petits(les persécutés, les malheureux)

Il a terminé en rappelant que le mois de mai est dédié à la Sainte Vierge Marie pour lui offrir des fleurs : « Que nos bonnes actions soient de bons bouquets à offrir à Marie, et lui va prier pour nous. »

Apres l’homélie,  le célébrant et les fidèles ont normalement continué la messe et l’ont clôturée dans la joie et une bonne atmosphère.

Brigitte IRAKOZE

Laisser un commentaire