Les quatre  grands séminaires du Burundi ont envoyés les étudiants membres du Mouvement Apostolique de Schoenstatt dans une session de mai organisée à leur endroit, du 2 au 4 mai 2019, au Mont Sion Gikungu.

Ils se sont retirés un peu de leurs établissements pour se rencontrer au Mont Sion Gikungu et contempler l’amour  du Dieu Puissant, manifesté dans la très Sainte Vierge au Sanctuaire. Ce sont les séminaristes du grand séminaire St Cure d’Ars de Bujumbura, grand séminaire St Jean Paul II de Gitega, grand séminaire St Pierre Claver de Burasira et enfin St Charles Lwanga de Kiryama.

Ils ont été chaleureusement  accueillis par l’aumônier, le Père Christophe RUGAMIKA. Dans la salle du centre Joseph Engling, une cinquantaine de jeunes séminaristes suivent calmement une instruction. Le fait que les deux Sanctuaires (celui de Mont Sion Gikungu et de Mutumba) soient dans leur année jubilaire, le Thème général, dans toutes les conférences est le Sanctuaire.

La première conférence animée par le Père Christophe a eu comme thème : « le Sanctuaire de Schoenstatt, lieu d’éducation à l’amour ». Comme  l’a dit l’animateur, cette éducation n’est pas n’importe laquelle c’est l’éducation à l’amour. « Dans le Sanctuaire, dit-il, on reçoit l’amour de la part de la MTA, et on va le partager avec les autres. » Il ajoute que là où il y a l’amour il y a tout. « Dans le Sanctuaire, la mère nous invite à vivre l’amour et nous demande aussi de lui montrer que nous l’aimons vraiment. »

Après le développement de ce thème, les participants ont eu le temps de méditer afin de pouvoir répondre à certaines questions. Ils ont échangé leurs idées et partagé leurs sentiments sur  le Sanctuaire.

La deuxième conférence avec comme thème « Aspects prophétiques du Sanctuaire de Schoenstatt » va permettre aux jeunes séminaristes de comprendre le rôle de Schoenstatt dans l’ordre nouveau de la modernité. Comme l’a dit le Père fondateur de la famille de Schoenstatt Joseph Kentenich,  la question qu’on se pose et la suivante : comment éduquer l’homme nouveau dans une ère nouvelle ?

Le conférencier a rappelé à ces jeunes que depuis 1914, le monde est dans l’époque post-moderne, dans laquelle s’observe les changements dans tous les domaines : les nouveautés dans l’Eglise et ça devient  l’Eglise post-moderne, dans le monde c’est le bouleversement total.

Selon lui, le rôle de Marie comme première croyante commence à se manifester. Avant et après cette période du désordre, le rôle qu’a joué la mère de Dieu est de mettre et donner au monde un sauveur, et elle va donner un nouveau sauveur au monde nouveau. Son rôle ne change pas. « Voilà la mission qu’a reçue la Sainte Vierge, et elle nous l’a donnée aussi comme schoenstattiens, pour que nous puissions l’aider dans son travail de donner au monde nouveau le Christ, dit-il

Le conférencier a fait savoir que le monde est plein des tourments : «  Partout dans le monde, c’est la crise total. » Mais il rassure : « Marie est là pour arrêter la crise et tout mettre en ordre »

Pour lui, le Sanctuaire et le Mouvement Schoenstatt sont là comme  réponse aux défis  des temps présents : « Schoenstatt est le mouvement des renouveaux spirituels et morals pour l’Eglise, insiste-il.

Signalons que la session a été clôturée le samedi 4mai, par un acte d’honneur : L’alliance d’amour avec la Mère Trois fois Admirable de Schoenstatt.

 

Brigitte IRAKOZE

Laisser un commentaire