La branche féminine du Mouvement Apostolique de Schoenstatt au niveau National  a organisé une session de trois jours du 24 jusqu’au 27 avril 2019 à l’intention des représentantes de ladite branche au sein des différentes Paroisses et différents Diocèses, dans le but d’examiner à quel point elles en sont avec leur apostolat, les différents défis rencontrés, afin d’y trouver remède.

Cette session a eu lieu au Centre Reine de la Confiance au Mont Schoenstatt de Gikungu. Elle a vu la participation de quatre-vingt représentantes sous la responsabilité de la Sœur Marie Fabiola NIZERIMANA.

La Soeur M. Fabiola NIZEYIMANA

La session a été marquée par l’animation des différentes conférences  comme nous l’a dit la Sœur Marie Fabiola : « Dans l’Alliance d’Amour avec Marie, la Vérité  nous rendra libre », tel est le premier thème développé. L’animateur a d’abord rappelé comment l’Alliance d’Amour se considérait dans l’Histoire de l’Eglise, sa considération et son importance aujourd’hui et  ainsi que la définition de la foi dans l’Eglise, a résumé la Sœur. Les participantes ont suivi les instructions qui se rapportent sur la devise de la Branche qu’est « : Dans l’Alliance d’Amour avec Marie sayons des Filles Fidèles au Charisme de l’Eglise comme le Père Fondateur  ». Cette devise a donné l’occasion aux participantes de découvrir comment le Père Fondateur a aimé l’Eglise, la définition  de l’Eglise  et enfin le sens que véhicule Aimer l’Eglise : c’est se montrer obéissants envers les Pasteurs de l’Eglise, tout en suivant ses différents enseignements et recommandations, le Père Joseph Kentenich en est le modèle, a –t –elle  révélé.

« En outre, la qualité d’une représentante nécessite aussi un recyclage pour mieux répondre à ces exigences, c’est pourquoi le thème de leadership a été animé, a-t-elle affirmé. La Sœur a continué en disant qu’ensemble, ces filles, ne manqueront à avoir les bonnes conduites au moment où la foi ne cesse pas à se confronter à la nouvelle éthique mondiale. La jeunesse toute entière a besoin d’être instruite et plus particulièrement celle de la branche féminine, dans le but de préparer une pépinière car, dit-elle, la haute  technologie est l’une des défis majeurs que la jeunesse se croisent ». Il s’avère nécessaire de revenir sur ça tout en leurs montrant comment faire face profitablement à cette nouvelle éthique, a conclu, la Sœur Marie Fabiola.

Les participantes ont salué l’initiative. L’une d’entre eux, Godelieve  NIMBONA représentante des filles scolarisées, s’exprime suite aux enseignements reçus : « Il était nécessaire de nous rassembler afin de relever les défis qui hantent l’apostolat là où nous sommes. » Ainsi, parmi ces défis, elle a fait allusion à la technologie moderne via l’usage des réseaux sociaux qui est sans doute un obstacle au meilleur accomplissement de l’apostolat, car les jeunes passent  presque tout leur temps à  fouiller ces réseaux sociaux, en y cherchant  quelques fois des informations qui les conduisent en dehors de la conduite chrétienne. « La nouvelle éthique dont on parle ne touche non seulement la jeunesse mais aussi toute la communauté Ecclésiale, a-t-elle montré. Selon Godelieve, les enseignements que le Mouvement organise de la part de ses membres à travers les différentes branches, cadrent bien au charisme du Père, et l’aident à vivre en tant que  famille.

La retraite est terminée  dans la joie d’une animation des chants et avec un  mot de clôture de la  Sœur M. Fabiola  NIZERIMANA à 10H00 du matin. Signalons que cette session a rassemblé deux catégories de filles : filles instruites et non instruites.

 

                                                                                                                                              

NIYONGABO Epipode

Laisser un commentaire