C’est une solennité, c’est la résurrection du Seigneur. Après quarante jours avec le Seigneur dans le désert, voilà le grand jour. Le Christ Jésus a traversé l’océan de la mort, il est la lumière qui a vaincu les ténèbres.

Au Sanctuaire Marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu, tout le monde est prêt pour la célébration : les prêtres, les servants de la messe et les choristes n’attendent que sonnent les cloches marquant le début de la messe, afin d’esquisser la procession vers le lieu de célébration. 9heures et demie, on entend le son des trois cloches et de la sacristie vers l’Eglise, ils font la procession.

Les chorales Saint Nicolas de FLUË et Santa Maria entonnent des chants de louange au Christ vivant. Le Père Léonce NTAKIRUTIMANA, un des Pères de Schoenstatt au Mont Sion Gikungu est le célébrant primordial. « C’est bien la réalité, le Christ est vivant ! Après quarante jours sans alléluia dans les cérémonies, voici alors le jour du Seigneur. Comme la bougie devant nous nous éclaire, le Christ est parmi nous comme Maître et ROI. Il est lui notre lumière. » Ainsi, a-t-il introduit.

Il a alors souhaité d’abord la joyeuse fête à tous les participants, notamment, les malades, les malheureux, les nécessiteux, les chrétiens qui ont reçu le baptême pendant la Veillée Pascale. Il n’a pas oublié de souhaiter la bienvenue à ceux qui ne participent qu’une seule fois à la messe tout au long de l’année. La messe a été commencée dans la joie.

Homélie

Dans son Homélie, il a signalé que Marie de Magdala, Pierre et Jean ont été étonnés de trouver vide le tombeau, parce que selon lui, ils n’avaient pas encore compris ce qui est écrit. Le Christ devait ressusciter d’entre les morts.

Il a alors demandé  à tout un chacun : « Est-ce que tu comprends vraiment ce qu’est le Pâques ? » En essayant de donner lui-même la réponse, il a dit que connaitre et comprendre que le Christ est vivant ne demande pas l’intelligence de ce monde. « Si tu veux comprendre si Jésus est ressuscité, demande à Marie de Magdala, le premier témoin de la résurrection. C’est un mystère qui n’exige que la foi chrétienne et non pas l’autorité quelconque. »

Il a clôturé l’enseignement en rappelant que ce qui est demandé à tout fidèle  n’est autre que  témoigner le Christ Vivant comme ses apôtres.

Pendant l’offertoire, divers symboles ont été offerts par les apôtres de la Vierge Pèlerine, comme signes considérables pour remercier le Seigneur et sa Mère, qui vient de passer  toute la période du carême à visiter leurs familles.

Après la croix et l’image de MTA, les 25 enfants avec les fleurs pour rappeler la sainteté de la Vierge, ont été suivis de 25 familles avec des paniers et d’autres cadeaux. Ce nombre n’est pas moins significatif, car c’est le rappel de 25ans d’existence du Sanctuaire marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu  et ce dernier est dans son année jubilaire avec comme devise : «  Le Puissant fit pour moi des merveilles, saint est son nom ».

Sous le ciel nuageux, la célébration a été caractérisée par la joie qu’ont manifestée les participants pendant l’action de grâce.

 

Brigitte IRAKOZE

Laisser un commentaire