Dans la chapelle Eucharistique, tous les employés œuvrant au Mont Sion se sont réunis ce mardi le 16 avril depuis 9heures et demie, pour recevoir une instruction les préparant à la prochaine fête Pascale.

le Père Yves IRAKOZE

Avec le Père Yves IRAKOZE, ils ont eu le temps de méditer sur l’amour fidèle de Dieu qui est sensible aux cris de ses enfants, en se basant sur la parole de Dieu de l’Exode 3,1-11. Le prêtre a d’abord montré comment quelques fois les hommes se lamentent à cause du malheur qui surgit, mais que c’est souvent les conséquences néfastes de leurs péchés : « Nous sommes la cause de notre malheur. » Mais il assure que malgré tout, Dieu n’abandonne pas son peuple : « Même si nous commettons des péchés, Le Bon Dieu ne change pas, il reste fidèle. »

Selon le conférencier, Dieu est très facilement sensible s’il s’agit de ses créatures. C’est pour cette raison qu’il prit la décision de sauver et libérer son peuple Israël des mains du géant Pharaon. Le peuple qui souffrait de la haine et de l’agression de la part des Egyptiens, le peuple qui travaillait durement sans oublier le génocide qui lui a été fait. Dieu s’est choisi alors Moïse pour être son envoyé spécial, être son instrument pour arriver à la délivrance de son peuple chéri.

Le Père Yves a signifié que le Seigneur avait fait cela pour annoncer ce qu’il va bientôt faire, sauver son peuple avec son fils aimé Jésus Christ : « c’est par son Fils unique qu’il a pris la décision de sauver le monde entier, et conduire tous les hommes dans la terre promise qu’est le Paradis. »

 Il ajoute que le Seigneur sauve même aujourd’hui son peuple, et lui redonne l’honneur d’être enfant de Dieu, lequel honneur il a perdu à cause du péché. « Nous tombons toujours dans le péché, mais ce qui est évident, insiste-t-il, Dieu ne nous abandonne pas, lui, il reste bon et fidèle. » Ce qui est seulement demandé aux fidèles, c’est de l’approcher sans crainte et avec espoir. : « Ouvrons chaque fois nos cœurs à la miséricorde du Seigneur dit-il, notre sauveur est au milieu de nous »

Le Prête a alors invité ces fidèles à recevoir le sacrement  de réconciliation après avoir rappelé la signification et l’importance de ce dernier. Les participants se disent satisfaits de cet enseignement qui selon eux est cohérent avec la période.

La récollection a été clôturée par une sainte Masse qui a débuté 11 heures et quart.

Brigitte IRAKOZE

Laisser un commentaire