La célébration eucharistique du cinquième dimanche du carême, le 7 avril  au Mont Sion Gikungu, a été pilotée par le Père Léonce NTAKIRUTIMANA, un des Pères de Schoenstatt, dans l’Eglise de la Sainte Trinité.

Après la prière du chapelet qui commence chaque dimanche la messe, les cloches tintent. L’Eglise est presque pleine des participants. Tout d’un coup, le célébrant, accompagné par deux autres prêtres sortent de la sacristie pendant que les choristes animent le chant d’entrée.

« Notre salut est proche, la trajectoire que nous avons commencée est presque à sa fin. Telle est la première phrase du célébrant pour signifier qu’il ne reste que très peu de temps pour chanter le Pâques, tout en rappelant que l’eucharistie signifie « rendre grâce ». « Nous sommes venus remercier le Seigneur pour l’amour qu’il ne cesse pas de manifester envers nous, dit-il.

Homélie

Avant de commencer son homélie, il a d’abord invité les fidèles à prendre une minute pour méditer sur deux choses : Pendant toute cette période du carême, ai-je opéré un changement signifiant dans ma vie ? Y a-t-il encore des embuscades m’empêchant d’avancer ? Après un moment de silence, le Prêtre dit : « Aujourd’hui, le Seigneur nous rassure qu’il ne veut que changer notre vie, il veut faire une chose nouvelle pour nous. »

Selon lui, deux principes à savoir oublier et se souvenir, peuvent aider le chrétien dans son cheminement vers la vie : «  Souviens-toi des merveilles du Seigneur ! Comme il l’a dit, l’important est d’oublier le passée qui quelque fois est dégoutante et se souvenir des bienfaits et  miracles que le Seigneur a opérés dans sa vie.

« Comme Dieu n’a pas oublié son alliance mais comme il est resté fidèle, nous aussi nous ne devons pas oublier l’amour qu’il a envers nous », ajoute-t-il. Il demande aux fidèles d’oublier les choses archaïques qui ne sont pas du tout dignes pour commencer une vie nouvelle : « Levons les yeux voici la vraie lumière, voici le Christ qui nous donne la vie, ouvrons nos cœurs à sa miséricorde, notre sauveur est au milieu de nous. Par sa mort, il a éliminé les choses anciennes.  Prions dans cette eucharistie, pour que Jésus fasse des choses nouvelles dans notre vie.»

La messe s’est clôturée en beauté malgré le soleil qui tape fort.

 

Brigitte IRAKOZE

Laisser un commentaire