La célébration eucharistique de ce quatrième dimanche du carême, 31mars 2019, a été dite par le Père Félicien Nimbona, Recteur du Sanctuaire marial de Mont Sion Gikungu.

Il a introduit cette prière en disant que c’est le dimanche de la joie. « Nous sommes donc appelés à nous réjouir en Dieu notre Père. Chaque fois que nous venons adorer notre Dieu, sommes appelés à nous souvenir que nous ne sommes pas affranchis par le sang des boucs, mais par le sang précieux de Jésus Rédempteur. L’évangile est celui de la parabole de l’enfant prodige. Nous aussi, nous pouvons passer dans de moments de sécheresse et dilapidons les dons et grâces dont Dieu nous avait gratifiés. Le plus important pour nous est de pouvoir reconnaître notre faiblesse et notre mal afin de recevoir le pardon de Dieu et retrouver notre place et dignité des enfants de Dieu. 

Homélie avec le Diacre Marcien NDAYIZEYE

 Dans sa prédication, il a signalé que c’est le dimanche de la joie et  que c’est la fête des personnes comme Félix, Félicité, Joyeuse, Happy, MUNEZERO, KANEZA, etc..  Selon lui, les trois lectures du jour convergent sur le fait d’inviter tout un chacun à devenir créature nouvelle avec un comportement digne des enfants de Dieu. « La première lecture nous dit que le moment du désert et de la manne est terminé. Nous sommes appelés à vivre selon les fruits du pays de la promesse, le Canaan. »  La deuxième lecture, a-t-il ajouté, nous invite à adopter le pardon envers notre prochain pendant notre démarche vers le ciel afin de ne pas rater notre route de même que notre destination. Quant à l’évangile, poursuit-il, est une parabole de l’enfant prodige que Jésus a adressé aux pharisiens qui se croyaient justes et se plaignait contre lui qui visitait les percepteurs d’impôts et les pécheurs publics »

Comme le dit le Diacre, Ces derniers étaient très mal vus du reste des Juifs car ils étaient accusés de collaborer avec les occupants Romains. Jésus profite de ce bon moment pour enseigner que sa préoccupation est de sauver les pécheurs et les délaissés afin qu’ils retrouvent consolation, confiance et dignité des enfants de Dieu.

« Dieu laisse chaque fois la liberté de choix à ses enfants que nous sommes, comme le père de l’enfant prodige que nous avons entendu dans l’évangile. Quand nous allons loin de Dieu, nous devenons sans nul doute aussi mauvais et sales comme le porc qui est un animal réputé pour sa saleté et la saleté de ce qu’il consomme, a-t-il martelé.

Il a continué son instruction en disant que Dieu dans sa tendre miséricorde  accueille les pécheurs à bras ouverts comme le père de l’enfant prodige. «  Nous ne devons pas non plus être comme le fils ainé qui se vante d’être bon et digne car nous pouvons tomber à n’importe quel moment.  Ce fils ainé peut être moi ou toi car nous sommes encore sur la route de la perfection. Il arrive que certains parmi nous soient toujours présents en église pour prier mais la haine et la méchanceté qui les habite pour très longtemps ne les quittent pas et les empêchent d’être en communion avec les autres vers le ciel. »

«  Prions les uns pour les autres pour être joyeux et porteurs de joie et de pardon pour notre prochain, ainsi a-t-il terminé son enseignement.

 Nous tenons à signaler qu’après la sainte Messe, il y a eu procession vers le sanctuaire marial comme il est d’habitude chaque fois le dernier dimanche de chaque mois. Malgré le soleil accablant, les fidèles ont répondu massivement à cette invitation. Arrivés au Sanctuaire, diverses prières ont été  adressées à la Vierge Sainte avant de recevoir la bénédiction spéciale de fin du mois par le Père Félicien.

Nyandwi Méthode

Laisser un commentaire