Avant qu’il soit accueilli par la Mère Trois fois Admirable dans son Sanctuaire, chaque pèlerin passe devant le mémorial du Père Joseph KENTENICH, le fondateur de la famille de Schoenstatt.

C’est sur le sentier qui mène directement au Sanctuaire. Arrivés devant ce mémorial, les pèlerins font signe de respect avant de continuer. Il y a même qui y passent un temps en faisant des prières. L’exemple est de NIJIMBERE Léonidas, rencontré ce mercredi le 20mars devant ce mémorial. Il réfléchit profondément, il fixe grandement l’image comme quoi il se rappelle de quelque chose. C’est la vérité. Une réalité circule dans son cerveau.

Après quelques minutes de méditation, il prend un libretto intitulé « Jewe ngiye kwa patiri Kentenich » (Moi je vais chez le Père Kentenich), il commence à lire et à méditer sur le contenu. Il se concentre parfaitement sur ce livre. Apparemment, il est joyeux.

Nous avons voulu qu’il nous partage ce dont sur quoi il réfléchit énormément. Après un petit rire, il dit :

 « Quand je regarde ce vieux, je loue le Seigneur. Grâce à lui, nous avons une belle famille de Schoenstatt et par excellence, nous avons grâce à lui le Sanctuaire, notre lieu de grâces. Chaque fois que j’effectue  un pèlerinage, je passe  par ici devant ce mémorial et je remercie la Vierge Marie dans les yeux de son humble serviteur le Père Kentenich. Cette image me rappelle le Mouvement Apostolique de Schoenstatt. Kentenich a été un apôtre vaillant de la Mère de Dieu, en partageant avec elle sa mission d’annoncer à tout être humain l’amour de Dieu le Père. Il a fait grand-chose, il a été un instrument docile. »

Quant à savoir ce qui s’est ajouté à sa façon de faire l’apostolat après qu’il a connu qui est Joseph Kentenich, Léonidas réplique : «  connaitre la vie du Père Kentenick est un grand atout en ce qui est de l’accomplissement de la mission et du travail personnel. Le Père Joseph est mon exemple dans la foi et surtout dans la réalisation de mon devoir. »

 Il ajoute que l’apostolat n’est pas toujours facile, mais que comme lui, il s’efforce à rester courageux.

Selon lui, les obstacles qu’a rencontrés le Père Kentenich dans sa mission le consolident. « Exactement ! J’ai appris comment il a enduré et comment il a pu résister avec la Mère de Dieu, cela me fortifie, moi aussi j’espère la victoire. »

Il y a quelque chose que Léonidas demande aux pèlerins  qui connaissent moins qui est le Père Kentenich. «  Tout ce que nous avons, nous le devons à la Vierge sainte, par l’humilité de son serviteur le Père Joseph Kentenich. Alors, chaque pèlerin devrait remercier Dieu qui l’a choisi. »

Le Sanctuaire Marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu est dans son année jubilaire et va bientôt fêter son anniversaire de 25ans avec «  Le Puissant fit pour moi des merveilles ; saint est son nom » (Luc 1,49) comme devise.

Pour ce pèlerin Léonidas, c’est non seulement le jubilé du Sanctuaire, mais aussi celui du Père Fondateur parce que dit-il,  c’est grâce à lui que nous avons ce lieu de grâces.

Il salue l’initiative de la construction de ce mémorial : « Je remercie les représentants du Sanctuaire, qui ont érigé ce mémorial. C’est un signe vivant du Mouvement vivant. C’est un grand souvenir. »

En bas de l’image est écrit : « Il a aimé l’Eglise »

Vous saurez que  ce mémorial  a été dressé et béni en 2010, avec la circonstance de la célébration de 100 ans du sacerdoce du Père fondateur.

 

Brigitte IRAKOZE

Laisser un commentaire