Le dimanche 17 mars 2019, deuxième dimanche du carême, a été célébré au Sanctuaire Marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu dans une messe qui a débuté 9heures et demie comme à l’accoutumée.

La chorale Sainte Famille entonne une belle et douce mélodie comme chant d’entrée, après le son des cloches. De la sacristie, les servants de la messe et le Père Longin NTIRANYIBAGIRA, célébrant du jour arrivent.

« Nous sommes présents pour contempler la Puissance de Dieu, qui se manifeste sur le mont. » ainsi a-t-il introduit. Nous sommes aussi venus voir où nous en sommes avec les engagements que nous avons faits pendant cette présente période, a-t-il ajouté.

Homélie

Les lectures du jour l’ont permis de signaler que c’est le jour d’Abraham ou de transfiguration du Seigneur. Il a alors aidé les fidèles à comprendre qui est Abraham ? Qui est Jésus ?

Abraham, est selon le célébrant, le Père de tous les croyants et sa vocation est signe de l’amour de Dieu envers les hommes. Ce Dieu qui donne les naissances et les terres. Toutes les bénédictions qu’avait accordées le Seigneur à Abraham ne sont fondées que sur deux choses : la propriété et les enfants.

Selon lui, ce vieux Abraham a cru en toute la parole venant du Seigneur. Dieu lui avait  promis  pas mal de chose, mais tout n’a pas été réalisé automatiquement. Le Prêtre a alors insisté sur la patience qui a caractérisé Abraham : « La foi et l’espérance, voilà ce qui nous montrent la personnalité de cet homme, sa foi a dépassé son intelligence. »

Abraham, selon le Père Longin, a été le premier homme avec qui Dieu fait alliance et lui a fait son engagement qu’il n’a pas violé jusqu’à sa mort. «  Nous, nous avons violé notre engagement mais Jésus l’a rétabli sur sa croix en se donnant corps et âme. »Il n’a pas oublié de dire qu’Abraham a été éprouvé mais qu’il a gardé espoir. « Qu’il soit notre exemple dans les moment de durs épreuves, a-t-il ajouté »

Sur le mont, Abraham a vu se manifester la puissance de Dieu, sur le mont Thabor, Jésus a montré sa splendeur à ses disciples, et saint Paul rappelle au Philippiens que leur cité se trouve  dans les cieux. Comme l’a dit le célébrant, le fondement de tout cela est la foi et l’espérance.

« Moïse avait passé quarante jour sur le mont Sinaï, Elie a mis quarante jours et quarante nuits vers le mont Horeb, les Israélites ont mis quarante ans vers la terre promise et nous ils ont tous vu la grandeur de l’amour divin. Nous, avons commencé une période de quarante jours vers Pâques. Où en sommes-nous alors avec nos engagements » ? a dit le Prêtre.

Il a terminé son instruction en souhaitant à tout un chacun de rentrer après avoir vu se manifester la puissance et la splendeur de Dieu dans sa vie.

Sous le ciel clair, la prière a continué normalement, et les fidèles ont exprimé leur joie pendant l’action de grâce, avant de recevoir la bénédiction finale à midi moins le quart.

 

Brigitte IRAKOZE

Laisser un commentaire