Au Sanctuaire Marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu, les fidèles ont célébré ce 3mars 2019, le huitième dimanche du temps ordinaire, dans une messe qui a débuté 9heures et demie. L’Eglise de la Sainte Trinité les a accueillis.

Après la prière du Chapelet qui commence chaque fois l’eucharistie, les trois cloches ont tinté. Ils ont sans doute marqué le début  de la célébration. La chorale Santa Maria n’a pas tardé à entonner le chant d’entrée. « Nous sommes ici présents, nous répondons à l’appel du Seigneur pour qu’il nous rassasie d’une merveilleuse agape qu’il a préparé pour nous sur ses deux tables. » voilà les mots d’introduction du Père Léonce NTAKIRUTIMANA, qui a présidé la messe.

Il a alors invité tous les participants à d’abord demander pardon au Seigneur pour que la communication avec Dieu soit saine. Les lectures ont été tirées, l’une de l’Ecclésiastique chapitre 27,5-8, l’autre de la lettre de Saint Paul apôtre au Corinthiens chapitre15, 54-58, tandis que la bonne nouvelle  est de l’Évangéliste Luc au chapitre 6,39-45.

Homélie

Le célébrant a focalisé son homélie sur le point suivant : « Comment  sont les paroles qui sortent de ma bouche ? N’occasionnent-elles pas ma chute ou bien celle de mon prochain ?

Selon lui, les paroles peuvent tuer ou sauver. Comme l’avait dit Jésus dans son Évangile selon Saint Matthieu au chapitre 12,36-37, « c’est d’après tes paroles que tu seras justifié et c’est d’après tes paroles que tu seras condamné. »

En se basant sur cette parole, le Père Léonce a raconté l’Histoire d’un certain Socrate, un homme sage et intelligent du 15ème Siècle : « Un jour, un homme était venu chez Socrate pour lui dire : « Mon ami, je viens juste te dire ce que l’entourage dit de toi. Et le sage Socrate de lui demander : as-tu d’abord passé sur les trois tamis avant de juger me révéler cela ?

La première chose, est-ce que, ce que tu veux me dire est vrai ? L’homme répond : «  Franchement, je ne sais si c’est la vérité ou pas. Y’a-t-il du bien que va me laisser ce que tu vas me dire ? avait demandé Socrate. Et l’homme de répondre : « Je ne sais pas. La troisième chose avait ajouté le Sage : «  il y a  l’importance que je vais tirer dans ce que tu veux me dire ? L’homme répond encore qu’il n’en sait rien. Socrate répondait alors : « je préfère ne pas écouter. »  L’homme doit tourner sept fois sa langue dans la bouche avant de parler. « Nous avons besoin un temps de silence a ajouté le Prêtre. C’est ainsi que les chrétiens doivent être caractérisés par un langage digne. « Comme nous recevons toujours Jésus dans l’eucharistie, nous sommes appelés à parler comme lui, a-t-il dit.

Il terminé en invitant les participant à prendre Marie comme exemple, lui qui restait silencieuse devant toutes les paroles frappantes que lui adressait son fils : « Nous sommes dans l’année jubilaire du Sanctuaire de notre Mère. Qu’elle intercède pour nous afin que le Seigneur nous comble ses grâces et ses bonnes paroles, de bénir et non pas de maudire. »

La messe a été continuée normalement, pendant l’action de grâce, ça a été la joie et la messe s’est clôturée dans un climat d’ambiance sous  le ciel clair.

Signalons que la sainte messe a été concélébrée par Abbé Prosper KARERWA du diocèse Bururi.

 

Brigitte IRAKOZE

Laisser un commentaire