Au Mont Sion Gikungu, les cloches marquant le début de la célébration eucharistique du Dimanche 17 février 2019, ont tinté 9heures et demie, au moment où les fidèles, dans l’Eglise de la Sainte Trinité, récitent le chapelet. Ils ont dû arrêter, et la chorale Saint Nicolas de FLUË a entonné le chant d’entrée.

« Nous nous sommes réunis ici pour rendre grâce, pour tout ce que nous avons vécu durant la semaine écoulée ». Tels ont été les premiers mots du père Léonce NTAKIRUTIMANA, un des Pères de Schoenstatt, qui, en compagnie de l’Abbé Désiré BIREHA, a présidé cette célébration eucharistique.

« Y’aurait-il quelqu’un qui a déjà souhaité vivre des moments difficiles ? » telle a été la question posée aux fidèles, par le  célébrant pour introduire son homélie. Dans le silence  qui a suivi sa question, le Père Léonce a insisté sur le fait que les hommes ne se réjouissent que des situations heureuses matérialisées par les richesses pour certains ou le pouvoir pour d’autres. « L’homme est un éternel insatiable » a-t-il ajouté, cette insatiabilité se manifeste aussi dans la soif de l’homme pour un Dieu, une puissance, peu importe ce en quoi l’on croit.

« Béni soit l’homme qui met sa foi dans le Seigneur » a poursuivi le Père,  qui en se référant sur les paroles de l’évangile, a parlé de Jésus qui oppose les pauvres aux riches, les affamés aux repus, ceux qui pleurent à ceux qui rient ainsi que ceux qui sont rejetés persécutés en son nom à ceux dont les hommes disent du  bien. Comme le dit le Seigneur, les damnés d’aujourd’hui sont ceux qui ont soif de Dieu et qui s’abandonnent à lui, les témoins de la vérité seront les heureux de demain.

« Jésus nous met devant un choix mais aussi nous montre le chemin menant à la vie éternelle. Il veut de nous le bonheur », a-t-il signalé. Il a  terminé en conseillant les fidèles de s’abandonner au Seigneur et non aux richesses que la terre offre car elles ne nous mèneront qu’à notre propre fin : « Prions les uns pour les autres, afin que le Seigneur nous détache de ces choses terrestres, qui souvent nous mènent à la mort. »

Le ciel est nuageux et cette fraîcheur a favorisé le célébrant et les participants qui ont manifesté la joie et la gratitude pendant l’action de grâce. La messe a pris fin 11heures et demie dans  l’ambiance totale.

Laisser un commentaire