Le Père Yves IRAKOZE a présidé la célébration eucharistique du 10 février 2019, cinquième dimanche du temps ordinaire dans l’Eglise de la Sainte Trinité à Mont Sion Gikungu.

Après la prière du chapelet qui a commencé 9 heures, les cloches ont tintinnabulé, c’est le début de la messe. La Chorale Sainte Famille était disposée pour le chant d’entrée. « Nous  sommes ici présents pour dire merci à notre Dieu, lui qui ne cesse pas d’opérer des miracles dans  notre vie », ainsi a introduit le Père Yves. « Nous sommes venus, a-t-il ajouté pour que le Christ nous purifie et nous envoie en mission comme va nous le dire les lectures d’aujourd’hui.

Homélie

Dans le silence absolu, les fidèles ont suivi attentivement l’homélie du célébrant. « Le Seigneur nous demande l’ouverture de nos cœurs pour  recevoir ses dons, a-t-il signalé. Ce qu’il avait fait pour Isaïe dans la première lecture, pour Paul dans la deuxième et pour Simon Pierre dans l’évangile, il va le faire aussi pour toi. »

Le Père a raconté que le Seigneur ne laisse pas ses créatures, mais qu’il se montre à eux chaque jour, il les rencontre dans le quotidien.

Qu’est-ce que le Seigneur demande ?

Selon le célébrant, il y a ce que le Seigneur demande à son peuple en général et à chaque chrétien en particulier pour être bénéficiaires de ses grâces : «  le Christ nous demande l’humilité, comme Isaïe et Simon Pierre, il nous demande aussi de jeter tout ce qui nous empêche à le suivre. » La reconnaissance du péché voilà ce qui fait quelque humble.

Et ce qui est regrettable selon lui, c’est que certaines personnes ne peuvent pas abandonner leurs actions de peur de perdre la vie : « Quelqu’un se demande : « est-ce que je peux laisser la corruption ? Comment vivre ? Je peux abandonner la prostitution et continuer à vivre ? Comment serai-je si je renonce à l’escroquerie ?

 Comme il l’avait imploré à Pierre, Jésus te demande à jeter le filet et laisser tout ce qui te détient, le reste il va s’en occuper. Ne doute pas de la réussite de ta vie après avoir abandonné le péché, Jésus est là», a-t-il martelé.

D’après le Père Yves, Jésus fait des miracles pour ses enfants, il les purifie et les envoie enfin annoncer la bonne nouvelle. Il a terminé son instruction en invitant tous les fidèles à prier les uns pour les autres afin qu’ils atteignent la conversion totale et ne pas être comme l’eau tiède.

Il a plu à verse, depuis le début de la prière eucharistique, mais cela n’a pas empêché la continuation jusqu’à la fin de la messe, qui s’est clôturée dans un climat sain.

Brigitte IRAKOZE

Laisser un commentaire