sur le chemin marial, il regarde attentivement la sculpture

Le chemin marial qui nous mène au Sanctuaire Marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu nous arrête à la huitième station. Certains pèlerins empruntent ce chemin en regardant grandement les sculptures comme quoi ils veulent en savoir plus.

Sur la  présente sculpture, on remarque des personnes en pleine travail. C’est la famille de Nazareth en activité. Jésus s’était lié à Joseph son père qui était charpentier dans sa vie courante. Et la Sainte Vierge s’occupait du travail du ménage et d’autres activités telle la couture comme nous le montre la sculpture.

Jésus savait bel et bien qu’il était Dieu, mais il n’avait pas hésité de de se joindre à ses parents dans le service du quotidien. Cela manifeste une humilité si grande. Jésus est Roi et sauveur de l’humanité, mais voilà qu’il a été comme les hommes dans tout, à l’exception du péché.

Cette humilité avait fait que le Christ ne soit pas compris et accepté par  certains gens de son temps comme sauveur, quand il commençait son enseignement. Ces derniers disaient : «  Mais nous connaissons cet homme, il est là le fils du charpentier Joseph, et ses frères sont parmi nous. » comme ça, ils refusaient de le croire.

Mais cela a été pour les uns le début d’approfondissement de la foi à leur plus grande surprise, de voir combien l’enseignement de Jésus est tellement de qualité alors qu’il est lui qu’ils connaissaient bien d’origine.

Le Père Longin NTIRANYIBAGIRA: »c’est une invitation pour nous »

S’exprimant sur cette station, Le Père Longin NTIRANYIBAGIRA nous a raconté : «  C’est une invitation pour nous de nous acquitter de nos tâches les plus ordinaires mais le faire d’une manière extraordinaire. » Le disait sainte Thérèse de l’enfant Jésus : «  la sainteté  c’est faire des choses ordinaire mais d’une façon extraordinaire. »

La sainte famille a mené une vie ordinaire et cette vie, selon le Père Longin, élève  aussi nos âmes pour atteindre une vie sainte.

Le chemin de la foi de Marie nous mène au Sanctuaire Marial de Schoenstatt qui va bientôt soufflé ses 25 bougies. Nous sommes de ce fait dans l’année jubilaire avec comme devise : le Puissant fit pour moi des merveilles, Saint est son nom (Luc 1,49)

Brigitte IRAKOZE

Laisser un commentaire