Le Sanctuaire Marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu avait accueilli plus de sept mille fidèles pour la célébration de cette solennité de la Nativité du Seigneur.

Les uns dans l’Eglise de la Sainte Trinité bien décorée, d’autres dans la chapelle eucharistique bien ornée et d’autres sur les gradins, les fidèles attendent que les cloches tintent. A L’entrée  et dans le chemin qui mène sur les lieux de la célébration, ils se hâtent d’arriver. 9heures et demie, on entend le tintement. La messe commence. Les choristes, les servants de messe et  les danseurs accompagnés par quatre Prêtres, avaient fait une procession depuis la sacristie jusque dans l’Eglise.

Le Père Longin NTIRANYIBAGIRA qui avait présidé cette eucharistie avait souhaité le Joyeux Noël à tous, et il n’avait pas oublié de souhaiter la bienvenu à tout un chacun, très spécialement  à ceux qui se présentent dans l’Eglise une fois l’année. « Je vous souhaite la bienvenue  dans ce temple du Seigneur, et d’une façon excellente, je la souhaite à ces préférés de Dieu qui ne reçoivent la Messe qu’une fois l’année». Ils ont été accueillis par une chanson.

Il y avait eu un temps, nous nous redresserions en attendant ce jour et voilà la joie se manifeste aujourd’hui, avait dit le Père Longin. Dieu est amour ! La naissance de Jésus nous rappelle que nous sommes les enfants de Dieu, avait-t-il ajouté. Il avait signalé que Noël n’est pas une simple fête, mais une solennité, parce que dans la naissance de Jésus, le bon Dieu nous a ouvert  le ciel. « Nous sommes heureux et nous sommes venus  louer le Seigneur ». Il avait  aussi signalé  que nous sommes  venus féliciter la Vierge Sainte,  qui avait été une servante du Seigneur et qu’elle avait accepté tout, jusqu’à mettre au monde un Sauveur.

L’homélie a été constituée par le message de la Conférence des Évêques Catholiques du Burundi (CECAB) à l’intention de la solennité de Noël 2018.

Quoi de neuf ?                                                 

pendant l’offertoire

A part les offrandes du pain et du vin qui deviennent Corps et Sang du Christ, il y avait aussi une autre surprise. Plusieurs symboles ont été présentés :

  • 25 bougies présentés par 25 enfants avec comme signification que Jésus qui vient est la lumière du monde, et aussi chaque chrétien est appelé à être la lumière des autres. Le Sanctuaire Marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu est dans son année jubilaire, il va bientôt souffler ses 25 bougies. Le nombre 25 rappelle alors cela.

 

  • Le sapin : C’est l’arbre qui symbolise la vie. On le rencontre à chaque crèche construit pour Noël. Ça montre que Jésus est la vie.
  • Les objets de décoration : dans leur différence qui fait l’harmonie des couleurs, ça montre que les personnes sont aussi comme des fleurs, et que chacun a sa valeur particulière que lui a donnée le Seigneur en le créant.
  • Les deux enfants qui semblent être des anges : comme les anges qui ont apporté la bonne nouvelle aux bergers, ça rappelle que tout chrétien est messager et qu’il est appelé à apporter aux autres la bonne nouvelle du salut.
  • Les bergers : Les bergers étaient des gens connus par la société comme des pécheurs. Devant la crèche, les bergers représentent le monde des pécheurs et ça enseigne que Jésus qui vient ne vient non seulement pour les dignes, mais aussi pour les pécheurs.

25 familles avec des paniers : Noël est la fête des  familles. Elles sont venues alors féliciter la Sainte famille de Nazareth. Encore plus, le nombre 25 rappelle 25 ans du Sanctuaire.

  • Une vieille Maman qui venait pour féliciter la Sainte Vierge Marie.

 

Dans la culture Burundaise, les voisins, les amis et connaissances apportaient la nourriture à la mère qui a enfanté. Ce repas était appelé « urweyo » et c’était destiné aux enfants de l’entourage. C’est dans cette optique qu’avant l’action de grâce, on n’avait donné quelque chose aux enfants, tiré de ce qui avait été offert dans la crèche.

Brigitte IRAKOZE

Laisser un commentaire