« Nous sommes au soir du 18 décembre, dernier 18 de l’année. Nous venons rendre grâce au Seigneur pour tous les bienfaits que nous avons reçu pendant l’année 2018. Nous sommes avec les amis visiteurs du Rwanda qui sont venus nous soutenir en partageant la joie avec la Vierge Marie. » Ce sont les paroles du Père Félicien Nimbona, Recteur du Sanctuaire marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu, lors de la messe de renouvellement de l’alliance d’amour. La Chorale Sancta Maria était au rendez-vous pour animer cette célébration.

Le Père Félicien a commencé son homélie par un petit retour sur la célébration de l’Immaculée Conception et a montré que nous avons deux grandes fêtes mariales pendant le mois de décembre. La deuxième étant le jour où elle a mis au monde notre Seigneur, la Noël. Il a ajouté que tout cela a été réalisé parce qu’elle a accepté l’honneur que Dieu lui avait proposé. Elle a reçu cette honneur par son oui qui a été irréversible. Par cette accord, dit le Père Félicien, la Vierge Marie a scellé l’alliance d’amour avec la Sainte Trinité.

Revenant sur la première lecture, le Père Félicien a invité les pèlerins à bien lire le chapitre 23 du livre de Jérémie pour pouvoir bien comprendre ce Roi, ce bon juge que prédit Jérémie. Il ne s’agit pas de David lui-même mais du descendant de David, le Roi de la paix qui a été mis au monde par la Vierge Marie. Oui, il a été mis au monde par une vierge comme le montre l’évangile selon Saint Mathieu. Jésus n’est pas le fils propre de Joseph mais celui-ci a joué un rôle important pour protéger Marie qui devait mourir selon la loi de leur pays. Il a alors accepter de vivre avec la Vierge Marie, enceinte d’un fils qui n’était pas de Joseph. Nous voyons, selon ces écriture, une synergie de trois personnes qui ont accepté la demande de Dieu pour que nous ayons le salut. C’est David, Marie et Joseph.

L’année jubilaire

Dans son homélie, le Père Félicien a également parlé de l’année jubilaire. Il a dit que ce n’est pas une simple image qu’on a déposé au Sanctuaire mais que c’est la Vierge Marie qui entend et qui répond qui a accepté d’y prendre place, il ya bientôt 25 ans. Il a ajouté que la devise choisie pour cette année jubilaire se réfère aussi sur la louange de la Marie quand elle a dit « Le Puissant a fait pour moi des merveilles, Saint est son Nom. » (Lc 1,49)

Le Père Félicien se rassure que pendant 25 ans, plusieurs grâces ont été reçu. C’est pour cela qu’il a invité tous ceux qui ont des témoignages a faire de se faire inscrire afin qu’au jour du jubilé ils puissent temoigner.

La contribution au capital de grâce

Au jour comme celui-ci, le Père Félicien ne pouvait pas oublier de dire un mot sur la contribution au capital de grâce. Par plusieurs passages de la Bible (Mt. 13, 44 ; Lc. 15, 8-10 ; Mt. 20, 1-16 ; Mt. 25,14-30 et Lc 19, 12-27), le Père Félicien compare le mot « capital » au capital fiduciaire que l’on pourrait utiliser dans les banques ou dans d’autres économies. Il a montré que la Vierge Marie ne veut pas seulement les demandes. Mais elle veut aussi qu’on lui donne. C’est un échange qui doit se faire. On lui demande et on lui promet. Ce qu’on lui donne, dit le Père Félicien, l’aide à aider nos frères qui ont d’autres besoins. Ainsi, la Vierge Marie doit avoir ce qu’elle peut donner .C’est ainsi qu’à la fin de son homélie on a passé à la pratique et on a procédé à la contribution au capital de grâce.

Un des visiteurs du Rwanda au Sanctuaire marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu

Comme il y avait des visiteurs venant du Rwanda, à la fin de la messe, le Père Félicien a accordé la parole à l’un d’eux. Celui-ci a dit qu’ils sont venus du Diocèse de Cyangugu et que le Mouvement Apostolique de Schoenstatt vient de passer seulement 5 ans dans leur Diocèse. Il a ajouté que le mouvement n’a pas encore eu de l’ampleur comme au Burundi. Puisqu’ils n’ont pas un Sanctuaire, ils célèbrent le 18 au dimanche suivant.

Laisser un commentaire