« Soyez dans la joie et dans l’allégresse. Tournez et dites à celui qui est près de vous : « Soyez dans la joie et dans l’allégresse ». Nous sommes rassemblés en ce 3e dimanche de l’Avent pour être heureux et joyeux. Il nous arrive souvent d’être mal à l’aise, de juger les autres, voire nous fâcher contre Dieu. Mais Jean Baptiste nous invite aujourd’hui à nous réconcilier avec Dieu et partager avec nos prochains ». Telle est l’introduction du Frère Bénoît Ndayizeye, des Frères Franciscains qui a présidé la Messe de ce dimanche 16 décembre 2018 à partir de 9h30, au Sanctuaire marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu.

Dans son homélie, il est revenu, en bref, sur les paroles de Dieu des deux premiers dimanches de l’Avent. « La Parole du 1er dimanche nous invitait à rester éveillé et celle du 2e nous invitait à faire chaque fois un examen de conscience pour évaluer notre niveau à la sainteté ». « Dans nos actions, ajouta-t-il, il se manifeste souvent l’angoisse alors que la parole de Dieu nous parle d’être dans la joie et dans l’allégresse. »

Il a répété à maintes reprises comment on peut être heureux malgré tout ce qui nous vivons. Il a dit que notre joie n’a d’autre origine que notre Seigneur qui nous a délivrés du jugement. Jean Baptiste nous dit aujourd’hui ce que nous devons faire pour être heureux. C’est faire correctement ce que nous devons faire.

Il faut le faire :

– Par le partage : Dans l’évangile, Jean Baptiste nous invite à partager avec nos frères et sœurs. Prenant exemple sur les habits et les aliments, le Frère Bénoît s’étonne de voir des gens qui ne savent même pas le nombre d’habits à leur possession mais qui ne pensent jamais aux autres qui vont presque nus. De même que ceux qui jettent la nourriture alors qu’il a des affamés qui passent des jours et des nuits sans rien manger. Selon lui, le partage concerne non seulement les biens matériels mais aussi l’amour que nous devons manifester dans nos familles.

– Faire ce qu’il faut faire : Jean Baptiste, s’adressant aux percepteurs d’impôt, leur dit qu’ils atteindront la sainteté quand ils auront perçu ce qui est dû et le remettre entièrement. Le Frère Ndayizeye n’oublie pas de parler de la corruption à ce point.

– Etre juste : Dans l’évangile, Jean Baptiste s’est aussi adressé aux militaires. Il leur a dit qu’il est possible d’être saint en dépit de leur fonction. Il leur dit d’accomplir correctement leurs tâches, ne pas brutaliser les gens et ne pas leur enlever les biens. Ce point, a dit Frère Bénoît, concerne tous les travailleurs qui doivent être satisfait de leurs salaires car il y en a qui n’en n’ont pas. Il concerne aussi les employeurs qui doivent semer la joie parmi leurs employés.

– Par l’humilité : Un bon chrétien doit prendre l’exemple de Jean Baptiste. Celui-ci a vécu dans la pauvreté, il mangeait du miel du coléoptère et s’habillait des peaux. Il a préparé le chemin du Seigneur et il est notre bon exemple surtout pendant cette période de l’Avent.

Pour terminer son homélie, Frère Benoît a imploré le Saint Esprit et la Vierge Marie pour qu’ils nous aident à atteindre à la sainteté.

Rappelons que c’est la deuxième fois que Frère Bénoît Ndayizeye préside la Messe au 3e dimanche de l’Avent. La 1re fois était le 17 décembre 2017.

Jean de Dieu Niyonkuru

Laisser un commentaire