Nous nous présentons au temple de Dieu dans le sanctuaire Marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu. La  mère de Dieu nous attend. Mieux est d’emprunter le chemin marial. Nous sommes à la troisième station. C’est la nativité qui est présentée.

Chose promise chose due ! A la première station, par son messager l’ange Gabriel, Dieu avait promis d’envoyer au monde un sauveur. Le Seigneur a tenu sa promesse! Comme l’Évangéliste Luc nous le raconte au chapitre 2,1-21, la Vierge Marie a mis au monde un fils.  C’est un  fils de Dieu, c’est Dieu qui s’est fait homme  pour le salut du monde entier.

Avec  le Père Longin NTIRANYIBAGIRA, nous avons plus de détails : « La Vierge Marie a accueilli la volonté de Dieu  de la part de l’ange avec joie, ce qui a été dit a été accompli. Cela représente la joie de tout un peuple. C’est Noël.

Dans la même circonstance, les anges ont chanté le chant que nous nous reprenons chaque fois dans la messe : gloire à Dieu au plus haut des cieux. »

Sur la sculpture, on perçoit les bergers. Ils ont été les premiers témoins de cette bonne nouvelle et ils sont accourus voir ce petit enfant qui est né.

Selon le Père Longin, c’est pour nous un grand signe d’humilité. Le roi des rois qui a été accueilli par les pauvres bergers dans une étable. Le christ est alors notre exemple pour devenir des humbles. Il s’est fait  pauvre pour nous enrichir de sa pauvreté.

Dans l’article suivant, nous allons vous signifier la sculpture de la quatrième station.

Brigitte IRAKOZE

Laisser un commentaire