La célébration eucharistique de ce trentième dimanche du temps ordinaire a été présidée par le Père Herménégilde Coyitungiye. Dans son introduction, il s’est servi des mots de ce psaume de l’invitatoire: « Que les cœurs de ceux qui cherchent le Seigneur se réjouissent. Cherchez le Seigneur et sa grandeur, et que votre œil ne se détourne pas de sa face. » Le célébrant principal de la sainte Messe a ensuite fait savoir que nous sommes venus de tous les coins et de différentes familles pour rencontrer Jésus comme cet aveugle, le fils de Timée qui, au passage de Jésus, a crié: Jésus, Fils de David, aie pitié de moi. En ce dernier dimanche d’octobre, nous venons demander à la vierge Marie qu’elle nous montre son Fils qui sauve le péché du monde.

Dans son homélie, le Père Coyitungiye a dit que le Seigneur nous a rassemblés de chez nous comme Il a rassemblé le peuple d’Israël de tous les coins où il avait été dispersé, pour le ramener dans son pays et le combler de ses biens et sa protection contre les ennemis. Nous comprenons que c’est Dieu lui-même qui va rassembler et ramener son peuple. C’est ce qu’Il a fait pour nous en ce matin. Nous Croyons et espérons rencontrer Jésus à travers la sacrement d’eucharistie. Au premier moment, nous sommes des aveugles comme le Fils de Timée, mais nous seront voyants quand nous l’auront reçu. Nous avons entendu que cet aveugle est resté dans cet état jusqu’au jour où il a su et cru que Jésus guérit et a crié vers lui. De plus, il a su exprimer à Jésus ce qu’il voulait: retrouver la vue. Nous sommes aussi appelés à reconnaître notre état, notre mal et notre péché afin de pouvoir espérer la guérison de la part de Jésus.

Des gens ont obligé l’aveugle à se taire, l’empêchant ainsi de ne pas rencontrer Jésus qui guérit. Il y a dans ce monde bien des gens qui veulent toujours bloquer et détourner leurs prochains de leur désir de rencontrer Jésus. De telles gens utilisent beaucoup de moyens. N’eut été les cris de leurs voies, un effectif beaucoup plus grand de croyants se seraient déjà détournés de la voie du salut pour celle de la perdition. A la question de Jésus, nous sommes appelés à répondre: Que je voie, Seigneur. Nous voulons effectivement voir autour de nous pour nous rendre compte des gens que nous avons fait prisonniers innocemment, de l’éducation et des coutumes qui perdent leurs bases et leur saveur à cause de nous, des gens qui passent tout leur temps à proclamer le nom de Dieu, non pour sa gloire et majesté, mais plutôt pour leurs intérêts personnels. Que la vierge Marie nous montre celui qu’elle a enfanté, que nous le voyions et que nous criions vers lui pour notre guérison. Amen

Nous tenons à signaler qu’il y a eu une procession vers le sanctuaire à la fin de la sainte Messe comme il en est d’habitude à chaque dernier dimanche du mois, mais ce jour avec plus de ferveur puisque comme nous étions au mois d’octobre, mois dédié à la Vierge Marie.

Nyandwi Méthode

Laisser un commentaire