Présidée par le Père Yves Irakoze, la Messe de ce 25e dimanche du temps ordinaire, au Sanctuaire marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu, a commencé à 9h30 minutes et était animée par la Chorale Saint Martin.

« C’est moi le refuge de mon peuple. S’ils recourent à moi, je leur serai toujours proche ». Ainsi introduit le Père Yves en ajoutant que le Seigneur nous reçois comme sa famille pour nous reposer après toute une semaine de travail et nous invite aujourd’hui à partager le même plat.

Se référant sur l’évangile, le Père Yves Irakoze a expliqué comment les apôtres suivaient Jésus non par amour qu’ils avaient en vers lui mais pour ce qu’ils recevaient de lui. Il est parti de ce point pour démontrer que les humains sont souvent emportés par les richesses terrestres. Des fois même, ils cherchent ces richesses de façon anarchique et malhonnête. Il a aussi parlé de l’hypocrisie qui nous caractérise quelque fois quand nous allons à la messe tous les jours et que nous nous comportons comme des loups pour nos frères.

Le Père Yves a conclu son homélie en disant que Dieu nous invite à nous purifier quand nous voulons lui demander quelque chose comme un parent qui apporte le pain à son enfant et qu’il le trouve salle, il lui demande de se laver avant de recevoir son pain. C’est ainsi alors que le veut notre Seigneur. Il est vrai, c’est difficile de suivre Jésus car son chemin est très accidenté, dit le Père Yves, mais demandons la grâce de nous détacher des richesses terrestres et de chercher le vrai bonheur. D’ailleurs, avec lui, tous les pièges sont défaits.

Jean de Dieu

Laisser un commentaire