Ce dimanche 27 était le dernier dimanche du mois d’août 2018. Comme il en est l’habitude à Mont Sion Gikungu, il y a eu une procession vers le sanctuaire pour nous remettre entre les mains de notre Mère, et rendre grâce à Dieu pour son assistance au cours du mois. Aussi, c’était pour lui demander de nous assister pendant le mois  de septembre qui s’annonce. En ce dimanche aussi, les apôtres de la Vierge Pèlerine qui s’y étaient préparés ont couronné cette Mère Trois fois Admirable pendant la Messe de 9 heures 30 minutes.

Dans son introduction, le Père Félicien Nimbona, Recteur du Sanctuaire a pris l’occasion de remercier toute personne qui s’est donné corps et âme pour le bon déroulement de la fête de l’Assomption, une solennité qui a été célébrée dans tout son éclat, ici au sanctuaire marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu. Parmi ces personnes, il y en a qui ont donné leurs voix en animant l’assemblée par le chant, il y en a également qui ont passé la nuit tout comme la journée à sécuriser les lieux. Bien d’autres ont contribué financièrement et/ou physiquement dans la même optique de bien fêter dans la joie cette solennité sans heurt ni incident, de jour comme de nuit. Le Père Nimbona a aussi souhaité la bienvenue au Diacre Marcien qui allait présenter sa première homélie à l’assemblée depuis son ordination diaconale en juillet dernier.

Selon l’évangile du jour, nous voudrions dire comme saint Pierre: Vers qui irions-nous, Seigneur, tu as les paroles de la vie éternelle.

Dans homélie, le Diacre Marcien a dit à l’assemblée que selon les lectures du jour, nous sommes invités à faire un choix à suivre le Seigneur Dieu ou d’autres dieux, ce deuxième choix étant lourd de conséquences et la fin étant la perdition totale. En enseignant, Jésus n’avait pas besoin d’un grand effectif de fidèles qui ne croient pas, il avait juste besoin de fidèles actifs et pratiquants. Des gens qui vont à la messe comme passe-temps n’étaient désirés. Dieu nous laisse le libre choix de lui servir ou pas. Simon Pierre fut le premier dans l’équipe des douze et les a représenté en disant: Vers qui irions-nous, Seigneur, tu as les paroles de la vie éternelle.  Cependant, ce même disciple a été le premier à renier Jésus au début de sa passion. Le Diacre Marcien disait cela pour montrer qu’il n’est pas toujours facile de suivre le Christ. Mais comme il connait nos faiblesses, il veille toujours sur nous.

Dans la première lecture, Josué a donné le libre choix au peuple d’Israël de suivre et servir le Dieu qui leur a fait sortir de la terre d’esclavage en Egypte. Ils pouvaient aussi choisir de suivre les dieux des pays des alentours. Josué, comme tout le peuple d’Israël, a opté de servir le Dieu de leurs pères qui les avait fait sortir d’Egypte par une main victorieuse.

Dans la deuxième lecture, la famille et les décisions qu’on prend sont les résultats d’un consensus de tous après avoir prié et demandé conseils auprès des personnes qui sont les mieux indiquées. Les hommes sont appelés à aimer leurs femmes, et ces dernières doivent le respect à leurs maris.  Au service, en classe, en famille et partout ailleurs, nos décisions doivent être exemplaires et aider nos prochains à s’épanouir et à connaître et suivre le Christ. Ce qui est sûr c’est que toute décision que  nous prenons étant loin de Jésus est fausse, désavantageuse et désastreuse pour notre vie. Nous devons constamment nous évaluer et évaluer nos actions pour éviter d’être déroutés et emprunter la mauvaise voie qui mène vers la perdition. Que la Vierge Marie intercède pour nous afin que nous ne trébuchions ni ne tombions, conclut le Diacre Marcien.

Nous signalerons qu’à la fin de la messe il y a eu procession vers le Sanctuaire pour consacrer à la  Mère Trois fois Admirable le mois de septembre qui va bientôt commencer.

Méthode Nyandwi

 

Laisser un commentaire