La fête de l’Assomption de la Vierge Marie est toujours célébrée avec ferveur et éclat au Sanctuaire marial de Mont Sion Gikungu. Le Sanctuaire prévoit quelques renouvellements et retouches sur les infrastructures existantes, tout comme il envisage d’en ajouter de nouvelles dans la mesure du possible. Le Sanctuaire a été repeint, ses allées ont été retapées, de même que ses alentours. Tous les endroits ont été éclairés et nettoyés, tout cela dans la logique de la préparation de cette solennité grandiose. Neuf jours avant cette date du 15 août, il y a eu une neuvaine au cours de laquelle l’on a suivi divers enseignements sur la place et qui ont été publié sur notre site www.peres-schoenstatt.org. Nous voici en fin dans la veillée de cette solennité que le Sanctuaire a jugée bon de passer en prière avec tous les fidèles  pèlerins venus de tous les coins du pays.

La veillée de la solennité de l’Assomption a débuté à 21h après la messe qui a clôturé la neuvaine qui avait débuté le 6 courant. L’enseignement du Père Recteur du Sanctuaire sur la maternité de Marie a ouvert ladite veillée. Il a fait  savoir que le Burundi est un pays de la Vierge Marie même si certains en douteraient ou le renieraient. Depuis l’indépendance de ce pays, les Evêques d’alors l’ont dédié à cette Reine de la paix et de la réconciliation. Le Père Félicien Nimbona a insisté que toute personne qui se réclame ami, fils ou fille de la vierge Marie doit en même temps être et montrer un bon exemple dans tout son être et son agir.

Nous avons tout intérêt à prendre tout bon exemple à la Vierge Marie pour savoir ce que Dieu veut que nous sachions et fassions. Tenez : elle a vu ceux qui avaient crucifié son Fils, jusqu’au dernier soldat qui l’a transpercé d’une lance. Elle n’a pas réagi, ni sur-le-champ, ni même après comme pour les traduire en justice.  Un bon chrétien ne doit pas garder la haine contre son prochain. Pour réussir, nous sommes appelés à nous tenir toujours sous la protection du Saint Esprit de Dieu qui fait nouveau. En fin un ami de Marie doit aider sa communauté ecclésiale dans son apostolat au lieu de se tenir indifférent à l’égard des activités de la communauté.

Les témoignages

Au cours de cette même veillée, l’on suivi deux témoignages. La première était de Munezero Lucie de la paroisse Buhonga. Elle a dit qu’elle avait toujours mis au monde des garçons jusqu’à ce que son mari, tout comme sa famille  s’en plaignirent. Son époux lui avait même proposé d’aller consulter un féticheur pour tenter la chance d’avoir une fille. Au premier moment la femme avait aisément consenti la proposition de son mari. Mais dès qu’elle a remis sa cause entre les mains de la Vierge Marie, et après l’avoir reçue chez elle comme vierge pèlerine elle n’avait plus visité les devins. Après deux visites au sanctuaire en adressant sa demande d’avoir une fille, elle en a eu deux déjà.

Un second témoignage était celui de Ndayisaba Jeanine, originaire de la paroisse Murayi de l’Archidiocèse de Gitega mais qui habite actuellement  en Mairie de Bujumbura. Elle avait conçu deux jumeaux qu’elle avait tant voulus et attendus, malheureusement un de ceux-ci n’avait pas son appareil urinaire, ce qui lui a valu cinq opérations chirurgicales pour tenter de remédier à ce problème. Selon les médecins, il restait une dernière opération qui allait avoir lieu deux ans plus tard. La maman du bébé avait fortement prié pour la guérison de son enfant auprès de la Vierge Marie au Sanctuaire avant la sixième opération, et voilà qu’elle a eu gain de cause à la grande surprise des médecins qui n’avaient pas encore compris comment l’opération s’est faite d’elle-même sans leur intervention.

Méthode NYANDWI

Laisser un commentaire