La solennité du Saint Sacrement a été célébrée avec éclat au Sanctuaire marial de Schoenstatt Mont Sion Gikungu pendant la Messe de 9h30. Elle a été présidée par le Père Longin NTIRANYIBAGIRA en compagnie de quatre autres Pères concélébrant à ses côtés. L’animation en chants liturgiques a été alternativement assurée par les chorales Saint Martin et Saint Nicolas de Flue. Le chœur de l’Eglise était très bien décoré en rouge, jaune et blanc. L’Eglise Sainte Trinité était pleine à craquer de fidèles tout tranquilles sous le soleil de Bujumbura en ce début de la saison sèche.

Homélie

Dans son homélie, le Père  Longin NTIRANYIBAGIRA a signifié que nous nous sommes réunis en ce jour pour célébrer les mystères de la Pâques où le Christ lui-même reste avec nous en toute chose jusqu’à nous obtenir la vie éternelle. Avant que Dieu ait créé l’homme, ajoute-t-il, Il a d’abord mis en place tout ce dont il devrait avoir besoin pour sa survie corporelle quotidienne. Mais pour tout compléter, le Créateur lui a envoyé Son  Fils unique, Jésus Christ, qui s’est livré pour le salut de tout l’homme. Ce saint sacrifice du Christ nous a réconciliés avec Dieu, et ceux qui communient au corps et sang du Christ reçoivent la grâce de jouir avec les saints et les anges au ciel.

Procession du Saint Sacrement

Après la Messe, il y a eu une procession d’environ quatre kilomètres autour du Saint Sacrement dans les quartiers Mutanga Nord et Gikungu de 11h45minutes à 14h45, soit trois bonnes heures de marche méditative jonchée de chants circonstanciels. Au cours de ladite procession, il y a eu cinq stations de repos dans des familles choisies. Dans leurs prières, les représentants de ces familles ont prié pour l’Eglise et sa hiérarchie et la cohésion entre membres des familles surtout en ces temps. L’on a aussi prié pour la fertilité et productivité du sol, l’amour entre citoyens du pays et la reconstruction et le renouvellement des infrastructures dont le pays a besoin. L’on n’a pas oublié d’évoquer la protection de l’environnement, la paix dans le pays et dans le monde, les malades, les affamés et les orphelins.

Méthode Nyandwi         

Laisser un commentaire