La célébration eucharistique de ce premier dimanche du carême, premier mars 2020, a été présidée par le Père Recteur du Sanctuaire  de la Paix et la Réconciliation de Mont Sion  Gikungu. Les lectures du jour ont été respectivement tirées du livre de la Genèse 2, 7-9 ; 3, 1-7a, Epitre de saint Paul aux Romains 5, 12-19 et l’Evangile selon saint Matthieu 4, 1-11.

Dans son homélie, le Père Recteur a rappelé que nous avons commencé la période du carême dès le Mercredi des Cendres. Cette période va durer 40 jours et nous mènera à la fête de Pâques. L’Eglise nous invite particulièrement de nous habituer à trois grands exercices spirituels qui sont la prière, le jeûne et le partage.

En ce qui est de la prière, nous devons sans cesse prier avec ferveur, nous devons aussi participer dans des retraites pour bien nous préparer à la fête de Pâques. Le Père Recteur a invité les fidèles à  répondre présents dans ces retraites dans leurs paroisses ou même ici au sanctuaire. Le carême est aussi une période de renouvellement spirituel.

Concernant le jeûne, il a rappelé que la vie n’est pas facile et que nous devons la conquérir en acceptant même la souffrance et le chemin de la croix. Nous ne devons avoir peur de rien car nous gardons notre confiance en Jésus Christ qui est notre référence et protection. Nous devons nous efforcer à la conversion, en abandonnant nos mauvais actes et désirs corporels qui, le plus souvent, nous fatiguent physiquement. Comme ces désirs sont temporels, ils ne doivent pas nous distraire dans notre marche sur le chemin de la croix avec Jésus. Il a profité de cette occasion pour rappeler que le sanctuaire organise la prière du chemin de croix tous les vendredis et dimanches à partir de 15 heures.

Pour la troisième pratique qui concerne le partage, le Prédicateur du jour a invité les fidèles à partager ce qu’ils ont avec les démunis, comme ils partagent avec les frères et sœurs de sang. Il a dit que le comble de malheur est qu’il y a des gens qui souffrent de l’excès de nourritures alors qu’à côté il y a ceux qui meurent de faim.

Il a ensuite continué par dire aux chrétiens fidèles trois voies sur lesquelles Satan nous tente. Premièrement, Satan tente les chrétiens dans leurs biens « Si tu es Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains. » Satan nous ment toujours ainsi. En deuxième lieu, Satan tente les fidèles selon ce qui fait leurs corps et âmes, « Si tu es Fils de Dieu, jette-toi en bas ». Nous autres, quand nous sommes en difficultés, même un petit enfant peut nous guider dans un mauvais chemin, comme par exemple dire qu’ici et là il y a des pasteurs qui guérissent les malades. Il a conseillé aux fidèles d’utiliser leur intelligence car ils sont instruits. En dernier lieu, Satan tente les chrétiens en les incitant à chercher le pouvoir par tous les moyens. « Tout cela, je te le donnerai, si, tombant à mes pieds, tu te prosternes devant moi. » Il nous faut ordonner à Satan de nous quitter en nous laissant libres comme Jésus l’a fait.

Nous devons être comme la Vierge Marie, elle qui n’a pas voulu passer un seul moment sans la présence de Jésus à ses côtés. Même sur le chemin de la croix quand Jésus partait pour être crucifié, Marie était à sa suite.

Nadège Butoyi &

Méthode Nyandwi